Mon carnet d'écriture


Pourquoi publier un carnet d’écriture ?


Tout simplement parce que j’en avais BESOIN. Je vous explique…


Jusqu’à récemment, j’utilisais des petits carnets, je notais mes idées sur des pages, pêle-mêle, et il m’est parfois arrivé de retrouver des phrases que je comptais mettre dans un roman après sa publication. Dommage, n’est-ce pas ? Donc, quand j’ai découvert qu’il existait des carnets spécialement dédiés à un projet, j’ai trouvé ça formidable : j’allais pouvoir regrouper toutes mes idées concernant un roman en particulier. J’ai testé les deux types de carnets existants.

Mais à l’usage, je me suis vite rendu compte qu’aucun des deux ne me convenait. En effet, de nombreuses pages sont restées vierges et on parle assez de l’environnement en ce moment pour comprendre que c’est du gâchis. Plutôt que de retourner à mes différents petits carnets et de continuer à avoir l’esprit encombré, j’ai eu l’idée d’adapter un carnet à ma façon de penser et de prendre mes notes, mais qui me permettrait surtout de classifier mes idées concernant un même projet, que ça forme un tout cohérent. C’est ce qui me manquait dans les multiples carnets que j’utilisais jusqu’ici.


Depuis quelques années maintenant, j’utilise énormément le système du mind-mapping. Peut-être vous demandez-vous ce que c’est ? Il s’agit d’une représentation visuelle des idées et des informations sous forme de schéma ou carte mentale. Un sujet central, des sujets principaux et secondaires et des relations ou branches, organisent les idées de manière globale. Ainsi, on a toutes les idées, les caractéristiques devant les yeux en un seul coup d’œil, sur la même page. Ce système peut s’adapter à tout, tant à l’histoire globale qu’à la description d’un personnage, ou aux relations que les personnages peuvent avoir entre eux.


Exemple typique de schéma que je peux faire :


Source : www.aperture.org



C’est ma façon de penser, celle qui me correspond.


Je ne suis pas le genre d’auteur à noter mot à mot mes idées et à noircir ainsi des pages et des pages. Je ne décris pas chaque chapitre, chaque scène. L’inspiration me vient souvent lorsque j’écris et j’aime me laisser surprendre par mes personnages, lorsqu’ils m’entraînent sur des chemins auxquels je ne m’attendais pas. Mais évidemment, chacun a sa façon de faire et ceci n’est pas un jugement. C’est seulement le moyen pour moi de vous expliquer ma façon de fonctionner et le pourquoi de ce carnet.



Pourquoi le commercialiser ?


C’est tout simplement afin que moi, je puisse le commander et l’utiliser.

Et puis, peut-être sera-t-il utile à d’autres auteurs et, dans ce cas, j’en serai ravie. J’espère qu’il remplira sa fonction première : celle de réunir et clarifier les idées relatives à un même projet.

En ce qui me concerne, je vais m’en constituer un petit stock pour en avoir plusieurs à portée de main, afin de pouvoir passer d’une idée de roman à l’autre. L’avantage, c’est qu’une fois mon idée posée sur papier, je pourrai me concentrer sur autre chose, tout en laissant à mon cerveau un peu de répit.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi et que vous avez cinquante idées à la minute, mais cette façon de faire me permettra de me désencombrer l’esprit, d’organiser mes idées et de naviguer rapidement entre les différents points de l’histoire ou même d’une idée de roman à l’autre.

Je peux vous dire que j’ai hâte !



À l'intérieur :





Pourquoi des pages blanches ?


Encore une fois, je ne suis pas le genre d’auteur à tout écrire et à noircir des pages et des pages. Je prends des notes succinctes et concises, et SURTOUT, je fais des schémas, des bulles que je relie les unes aux autres (c’est le principe du mind-mapping), et pour ce faire, j’ai besoin de pages blanches. D’autant que le mind-mapping s’utilise principalement en format paysage. Si j’ai choisi de laisser la plupart des pages blanches, c’est donc afin de pouvoir tourner le carnet à ma convenance (format portrait ou paysage).

De plus, les titres sont volontairement centrés en double page (ou sur les pages de gauche), afin d’avoir le plus d’informations possible sous les yeux, sur deux pages.

À l’usage, c’est facile et surtout très pratique !


Un carnet utile pour apprendre à écrire un roman ?


ABSOLUMENT PAS !


Il aidera seulement les auteurs à se désencombrer l’esprit en notant leurs idées selon un ordre précis, mais surtout pour un même projet.

Je conseille donc à toute personne désireuse de se lancer dans l’écriture d’un roman et de recevoir des conseils précis ou de se laisser guider pas à pas de consulter plutôt les carnets suivants :

> Mon carnet d'écrivain, d'Agathe Karella : https://amzn.to/2uSrlgQ

> Écriture : préparation et suivi de projet, de Shealynn Roman : https://amzn.to/2GMdRWG



En conclusion :


Je suis ravie que ce carnet soit enfin disponible. Je travaille dessus depuis des mois, je voulais vraiment qu’il corresponde à mes besoins.

J'ai des tas d'idées de romans en tête et en attendant de pouvoir les écrire, chacun leur tour, je vais pouvoir commencer à travailler sur mes carnets et ainsi laisser le développement de l'histoire mûrir dans un coin de mon cerveau en attendant de pouvoir les développer sur papier.


Si vous décidez de le tester, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, mais également me signaler toute amélioration qui pourrait lui être apportée.

Votre collaboration me ferait plaisir.

J’espère qu’il vous sera utile autant qu’à moi.


Vous le trouverez juste ici : https://amzn.to/37JnXmV


Bonne écriture !


53 vues
  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Icône YouTube

©Ninon Amey 2019-2020 – Tous droits réservés.