Réalisée en août 2020

par Meg, Les indés se livrent :

Réalisée en août 2020

par Le carnet de Stitch :

Charlène : Bonjour, comment allez-vous ? 

Ninon : Bonjour, je vais très bien merci :-D

Charlène : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Ninon : Je suis Ninon Amey, auteure indépendante. Je suis une grande romantique dans l'âme et j'aime écrire de belles histoires, principalement des romances contemporaines, mais j'aime également aborder les secrets de famille dans mes romans.

Charlène : Pouvez-vous présenter les romans jusqu'alors écrits?

Ninon : Bien sûr. Comme ils sont nombreux, je vais essayer d'être concise ^^
L'empreinte du passé : Camille est une jeune infirmière qui va découvrir le journal intime d'une certaine Jeanne, ayant vécu presque un siècle avant elle. Leurs vies sont étrangement semblables, ce qui ne manquera pas d'interpeller la jeune femme, qui cherchera à comprendre pourquoi. (inspiré d'un fait divers réel).
Ce lien qui nous unit : Quand Hannah et Matthieu se rencontrent, ils sont immédiatement attirés l'un par l'autre, mais ils ne seront jamais amoureux. Quel est ce lien qui les unit ? Arriveront-ils à construire leur vie, malgré cette amitié fusionnelle ? Lors d'un drame, tout bascule, et la vérité, enterrée depuis 20 ans, est révélée au grand jour, faisant vaciller la vie des deux protagonistes.
Tout recommencer à zéro : Quand Alicia perd son mari et sa fille dans un brutal accident de la route, elle pense que sa vie ne vaut plus la peine d'être vécue. Mais quand, lors d'un mariage, elle va croiser la route de Jérémie, un jeune homme au cœur brisé, elle se rendra compte qu'il est peut-être possible, voire nécessaire, de tout recommencer à zéro.
Tout reprendre au début : Une suite un peu spéciale, qui envisage trois possibilités: et si le mari d'Alicia n'était pas mort ? Si sa fille était toujours en vie ? Et si tous les deux étaient encore de ce monde ? Alicia et Jérémie se seraient-ils rencontrés malgré tout ?
Dis-moi pourquoi : Le soir où Sarah fait la connaissance d'Axel, c'est le coup de foudre immédiat. Mais lors de leur rencontre suivante, les deux jeunes gens se rendront compte qu'il leur sera difficile de réussir à s'aimer. Tous les deux vont devoir régler des problèmes avec leur famille respective pour apaiser leurs douleurs et leur rancoeur, et être capable d'avancer dans leur vie.
Les lettres à Juliette : Nina, une jeune fille qui n'a plus aucune envie de vivre décide de faire un ultime voyage à Vérone, dans le but d'écrire à son héroïne, Juliette. Elle est loin de se douter que les différentes rencontres qu'elle va faire vont changer à jamais sa perception de la vie. Quand tout semble sans espoir, peut-on encore y croire ?
La liberté de nous aimer : (roman épistolaire : uniquement constitué d'échange de lettres et d'email). Abigaïl décide de participer à une expérience organisée par la prison locale : correspondre avec un détenu. L'une des règles est simple : ils ne doivent pas tomber amoureux. Cependant, à mesure qu'elle apprend à connaître David, son correspondant, une complicité de plus en plus forte va les unir, laissant progressivement place à un autre sentiment, interdit.
Tout me ramène à toi : Quand près de quinze ans plus tard, Elsa recroise son premier amour, Lucas, cela ravive des émotions intenses, qu'elle avait tenter d'occulter jusque-là. Quand Lucas propose à la jeune femme, alors mariée et mère de deux enfants, de tout quitter pour venir vivre avec lui, Elsa va devoir faire un choix. Une histoire d'amour sur fond de drame, de culpabilité, et de non-dits.
Deux frères : (novella : format de roman court) Léa, une journaliste, décide de mener l'enquête sur une famille d'industriels. Elle n'est pas insensible au charme des deux frères à la tête de l'entreprise, mais la jeune femme cache un lourd secret, dont la révélation risque de bouleverser la vie de cette riche famille.
Croire encore au bonheur : Joshua, célèbre chanteur international, ne rêve que d'un retour à une vie simple, dans l'anonymat le plus complet, En se réfugiant incognito dans un coin perdu de la campagne française, il va rencontrer Amélia, veuve, maman de deux jeunes enfants. Une amitié sincère va lier ces deux personnes blessées par la vie, déviant progressivement vers un autre sentiment, plus profond. Les deux jeunes gens ont-ils encore le droit de croire au bonheur ?
Nos amours impossibles : Pour échapper à un mariage forcé, Sofia est contrainte de trouver un emploi durant l'été : elle va devoir tenir compagnie à Stanislas, qu'elle connaît du lycée. Mais Stanislas, obligé de purger une peine de prison en étant assigné à résidence, n'est pas seulement celui dont elle est secrètement amoureuse, c'est aussi le garçon qui lui a fait subir la pire humiliation de sa vie. La cohabitation entre les jeunes gens s'avère compliquée...

Charlène : Quelles sont vos sources d'inspirations?

Ninon : Je m'inspire de la vie réelle. Ce peut être un fait divers, un témoignage, une scène à laquelle j'assiste, quelque chose que j'entends, un lieu... Tout est propice à créer de nouvelles histoires. 

 

Charlène : Quels sont vos auteurs préférés ? Est-ce qu'ils vous ont inspirés et en quoi?

Ninon : Je n'ai plus d'auteurs préférés à proprement parler. Il y a quelques années, je lisais beaucoup Marc Lévy et Agnès Martin-Lugand. Ils m'ont inspirée dans le sens où leur plume n'est pas guindée, elle reste simple et c'est ce que j'aime, dans mes lectures. Je continue à les lire, évidemment. Mais depuis que je suis autoéditée, j'ai découvert beaucoup d'auteurs autoédités dont je suis les sorties avec intérêt, parce qu'il y a des pépites incroyables parmi eux, et leurs romans me font souvent ressentir beaucoup plus d'émotions que ceux d'auteurs édités dans de grandes maisons d'édition. 

 

Charlène : Avez-vous un lieu de prédilection pour écrire ? 

Ninon : J'écris le plus souvent dans mon lit ;-)

Charlène : Pourquoi écrivez-vous ? 

Ninon : Parce que j'en ai besoin. C'est devenu quasi-vital pour moi. J'ai besoin de sortir de ma tête toutes les histoires qui s'y accumulent et, peut-être, de me réfugier dans ma petite bulle imaginaire. 

 

Charlène : Avez-vous des sujets qui vous tiennent à cœur ? 

Ninon : L'amour, sous toute ses formes, en premier lieu (que ce soit dans le couple, dans la famille, en amitié...). Les secrets de famille sont également très importants à mes yeux. Je suis persuadée qu'on a besoin de faire la paix avec son passé pour construire son futur. J'aime également bâtir mes histoires autour de valeurs qui me tiennent à cœur : loyauté, fidélité, pardon, liberté,... Mes personnages sont toujours résilients. 

 

Charlène : Quels genres littéraires lisez-vous ?

Ninon : Je lis beaucoup de romance (comédies romantiques, drames..) et de young adult, mais également des romans de littérature générale et même de la fantasy. Je dois reconnaître que je lis plus de littérature contemporaine que classique. 

 

Charlène : Sur quels sites pouvons-nous vous retrouver ? (Blog, facebook, Twitter, Instagram, etc)

Ninon : Vous pouvez suivre mon actualité sur mon site auteur www.ninonamey.com (aussi en vous abonnant à ma newsletter), mais je suis également très présente sur Facebook (page auteur) et Instagram - beaucoup moins sur Twitter. 

 

Charlène : Que pensez-vous des blogueurs, chroniqueurs, booktubeurs, bookstagrameurs? Qu'ont-ils à vous apporter selon vous?

Ninon : Ils ont un rôle très important dans la visibilité des livres, notamment des auteurs indépendants. Leurs retours sont indispensables pour donner envie aux lecteurs de découvrir nos romans. De plus, le fait que chaque chroniqueur vive l'histoire différemment est un vrai plus pour l'auteur, qui découvre de quelles manières (au pluriel) ses romans peuvent être interprétés. 
J'en profite pour remercier toutes les chroniqueuses qui me sont fidèles, depuis mes débuts, et qui, pour certaines, sont devenues des amies.

 

Charlène : Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui veut se lancer dans l'écriture ?

Ninon : Je lui conseillerais en premier lieu d'OSER se lancer. Mon second conseil commencerait cependant par MAIS. Parce qu'avant de se lancer dans la publication, je parle ici de l'autoédition, il faut bien se renseigner sur les conditions légales (cadre légal, cotisations sociales à payer, impôts, etc) et ensuite se renseigner sur le fonctionnement de l'écriture indépendante. Le livre doit être le plus "parfait" possible > une couverture qui attire, un texte de qualité (sans fautes d'orthographe ni d'erreurs grammaticales et de concordance des temps), sans quoi les lecteurs ne seront malheureusement pas au rendez-vous.

 

Charlène : Avez-vous d'autres projets d'écriture ? Si oui, pouvez-vous nous en dire plus ?

Ninon : Oui, j'en ai toujours plusieurs en cours (mon cerveau ne s'arrête jamais). 
Je peux d'ores et déjà vous parler de la prochaine sortie, qui sera le tome 2 de NOS AMOURS IMPOSSIBLES. Il arrive d'ici quelques semaines. On retrouvera Sofia et Stanislas, deux ans et demi après qu'ils aient été séparés. 
En parallèle, je compte publier une traduction en anglais de l'un de mes romans, et je prépare déjà mes futures histoires (j'ai plusieurs idées en tête).

 

Charlène : Peux-tu nous parler de ton rapport avec l'autoédition (le pourquoi, conseils pour un futur autoédité...) ?

Ninon : Oui, je suis autoéditée et j'en suis fière. Ça s'est fait un peu par hasard, si je puis dire. J'ai participé à un concours de romans en 2017, et le mien a obtenu la 3ème place, le prix étant d'être publié sur une plateforme d'autoédition. Je n'y connaissais rien, je me suis renseignée, et j'ai poursuivi mon parcours dans le milieu. Si au début je rêvais d'être éditée par une maison d'édition, aujourd'hui, ce n'est plus le cas (même si j'étudierais évidemment la proposition et que je ne dirais certainement pas non, mais désormais je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux pas). Je me rends compte que l'autoédition apporte de nombreux avantages, que l'édition traditionnelle ne permet pas. Je crois que chaque auteur doit se demander ce qu'il veut par dessus tout : la notoriété et la fortune ? des milliers de lecteurs ? vivre de sa plume ? la reconnaissance de son talent ? écrire, tout simplement ? Les choix qu'il fera seront en fonction de ses aspirations.
En ce qui concerne les conseils aux futurs autoédités, tout dépend de ce qu'ils recherchent, encore une fois. Je consacre un onglet de mon site à l'autoédition et j'écris régulièrement des posts ou des articles sur mon blog à ce sujet, pour parler de mon expérience, même si je crois que c'est à chacun de faire la sienne. Je reste disponible pour répondre aux questions qu'ils se posent.

Réalisée en juillet 2020

par Lisa Giraud Taylor :

Réalisée en mai 2020

par Aurélie, pour le blog Les chroniques de Cendrillon :

Il s'agit ici d'une 2ème interview, la première ayant été réalisée en 2019 (vous la retrouverez sur ce site)

De ton premier à ton dernier roman écrit à ce jour, observes-tu une évolution ?

Oui, je pense (du moins, j’espère) que ma plume s’est affinée. Quelques lecteurs m’ont dit que ça se ressentait et ça me fait très plaisir.

En ce qui concerne l’écriture à proprement parler, grâce aux multiples corrections de mes correctrices, j’ai pu réapprendre certaines règles d’orthographe et de conjugaison que j’avais oubliées au fil des années et j’ai également appris pas mal de nouvelles règles concernant la typographie. Je découvre de nouvelles choses presque tous les jours et j’en suis ravie.

 

 

Comment te sens-tu dans ton statut d’auteur/autrice ?

Je me sens enfin autorisée à m’affirmer auteure. J’ai longtemps eu le syndrome de l’imposteur. Mais désormais, je me suis libérée de certaines chaînes, même si je n’assume pas encore toujours à 100%. J’y travaille…

 

Quel est ton texte publié préféré ?

Le texte, je dirais La liberté de nous aimer, j’ai adoré écrire cet échange épistolaire.

Le roman, ça reste Ce lien qui nous unit. C’est le plus intime.

 

Autoédition ou édition traditionnelle et pourquoi ?

Pour le moment, je suis autoéditée, c’est un choix assumé de ma part, bien que je ne sois pas contre l’idée de signer un contrat d’édition un jour. Mais pas à n’importe quel prix, cela dit ! Je sais ce que je veux, ce que je ne veux pas, et surtout, quoi qu’il arrive je souhaite rester hybride (c’est-à-dire continuer à publier en autoédition.)

J’aime l’autoédition car je reste maîtresse de mes textes, de mes choix de diffusion et, avouons-le franchement, c’est plus avantageux financièrement.

Quant à l’édition traditionnelle, je ne suis pas contre, car je pense que ça me permettrait d’élargir mon lectorat.

 

Quel serait ton rêve d’auteur/autrice pour les prochains mois ?

D’ici quelques semaines/mois, si tout va bien, je vais publier un nouveau roman, dont je vais d’ailleurs commencer à écrire la suite, afin qu’elle sorte rapidement aussi.

 

Mais de manière plus générale, cette année, j’aimerais beaucoup terminer l’écriture de plusieurs romans. Certains attendent leur fin depuis un moment, d’autres attendent une mise en forme (l’actuelle ne me convient pas) avant publication, et d’autres encore ne sont pour le moment qu’au stade de l’idée, que j’aimerais poser sur papier.

J’ai également plusieurs autres projets en cours, donc j’aimerais qu’ils se concrétisent. Mais je préfère les garder pour moi pour l’instant, j’en parlerai au fur et à mesure sur mes réseaux sociaux.

Le contexte actuel ne me permet malheureusement pas de rencontrer mes lecteurs en chair et en os, les salons prévus ayant été annulés. C’est donc l’occasion parfaite pour avancer dans l’écriture (toujours voir le verre à moitié plein 😉 ) Nous pourrons ainsi nous rencontrer quand tout ce sera arrangé, dans des conditions plus favorables.

 

Quel est ton genre de prédilection en tant qu’auteur/autrice ?

La romance. Que serait la vie sans amour ? Je vous le demande. 😉

 

Si tu devais te lancer dans un nouveau genre ce serait ?

La fantasy/dystopie. Ça me démange de plus en plus. Ça viendra, en temps et en heure !

Réalisée en mai 2020

par Laetitia Dupont, dans le cadre du salon Les indés du livre :

Réalisée en mai 2020

par Les lectures de Laeti (instagram) :

1. Si vous deviez vous présenter en quelques mots, que diriez-vous ?

Bonjour, je suis Ninon. Je suis mariée, maman de 2 petites filles, et depuis bientôt 3 ans, j'ai la chance d'exercer un métier qui me passionne : écrivain. 


2. Comment avez-vous décidé de vous lancer dans l'écriture ? Pourquoi avoir choisi la romance ?

Je me suis lancée dans l'écriture début 2017, à la suite d'une thérapie. J'avais besoin d'évacuer certaines choses par les mots. Ça m'a fait énormément de bien. 
Pourquoi la romance ? Parce que je suis à 200% fleur bleue. Romantique dans l'âme, je n'imagine pas un roman sans une belle histoire d'amour, parce que finalement, c'est ce qu'on retient à la fin, quand on referme le livre (en tout cas, moi) ;-) Mais j'aime aussi les secrets de famille, il y en a d'ailleurs dans plusieurs de mes livres. 


3. Que vous apporte l'écriture ?

C'est difficile à dire... D'abord, ça me fait du bien, ça me permet d'évacuer certaines choses, de les poser sur papier, mais aussi de soulager mon esprit, car mon imagination ne me laisse pas une seconde de répit depuis 3 ans. 
Ensuite, c'est particulier, l'écriture. On est comme "porté" par notre histoire, on ressent à la fois une excitation, une énergie incroyable durant la phase d'écriture, notamment en vivant avec nos personnages plusieurs semaines et/ou mois. Puis vient le doute, au moment de la parution et, enfin, le soulagement avec les retours des lecteurs. 
C'est un maelström d'émotions incroyable, mais qui permet de se sentir vivant ! 


4. Où écrivez-vous? À quels moments ? Avez-vous un "rituel d'écriture"?

 

J'écris principalement dans mon lit (eh oui ! ), l'après-midi. Mon seul vrai rituel, c'est de mettre mes écouteurs avec la playlist qui correspond au roman en cours d'écriture. J'écris toujours en musique, je me coupe du monde. J'ai besoin d'être dans ma bulle, en tête à tête avec mes personnages. 

 

5.Quelles sont vos sources d'inspiration?


La vie, en général... Il peut s'agir de choses que je vis, que j'entends, que je vois, des choses qui me touchent, qui me blessent, qui m'émeuvent. Parfois, l'idée d'un roman surgit dans ma tête d'un coup, sans prévenir. D'autres fois, ce sera une chanson, qui va me donner des bribes d'idées – idées qui se développeront progressivement dans un coin de ma tête... jusqu'au jour où elles formeront une histoire que je poserai sur papier. 
 

6. Connaissez-vous la fin de l'histoire quand vous commencez à l'écrire ?
 

Oui, en général, je connais le début et la fin. Au milieu, mes personnages sont en roue libre. Parfois, ce n'est pas simple pour moi. Ça peut même totalement changer la trame, et donc potentiellement la fin. Mais je suis totalement incapable de suivre un plan précis. Je ne sais jamais combien de chapitres fera mon roman, par exemple. C'est la surprise. 
 

7.Si vous deviez ne citer qu'un seul titre de roman, lequel choisiriez-vous? Pourquoi ?
 

Ce lien qui nous unit. C'est un roman thérapie, celui qui m'est le plus personnel. Je suis très attachée à Matthieu et Hannah <3 
 

8.Il me semble qu'un nouveau roman est en cours d'écriture ? Souhaitez-vous nous en parler un peu?
 

Oui, en réalité, il y en a même plusieurs en cours d'écriture... Certains sont simplement en stand by et attendent leur fin. J'ai régulièrement ce qu'on appelle le syndrome du milieu. Donc, quand je n'ai plus d'inspiration, je laisse reposer mon manuscrit avant de le reprendre à un moment plus opportun, et souvent, après, ça coule de source. 
Celui en cours d'écriture actuellement est un roman Young adult, c'est à dire que les personnages sont dans l'adolescence. Dans mon histoire, ils ont 18 ans, et c'est l'été juste après le bac. Je souhaite aborder des thèmes comme la pression de la culture ou des parents, et le courage qu'il faut avoir pour faire des choix qui nous sont propres et parfois braver les traditions ou l'éducation rigide qu'on a reçue... Enfin, dans l'idée... Mais c'est bien évidemment une jolie romance. Une idée de suite germe déjà dans mon esprit, à voir, parce qu'il faut déjà que je termine celui-ci (et les autres) ;-)

9. Avez-vous un mantra, une citation fétiche qui vous accompagne?


Pas spécialement. Mais j'aime beaucoup ce vers de Pindare : "Deviens qui tu es, quand tu l'auras appris". Je pense que sans ce travail que j'ai fait sur moi-même au cours de ma thérapie, je n'aurais pas su qui j'étais, et je crois que je n'aurais jamais écrit une ligne. Donc finalement, cette citation me correspond assez bien. 


10.Voulez-vous laisser un petit mot pour vos lecteurs ?
 

Je voudrais d'abord remercier tous mes lecteurs. Je suis touchée en constatant qu'à chaque nouvelle sortie mes histoires sont lues et appréciées. Ça m'émeut beaucoup ! 
Malheureusement, peu de gens savent que c'est important pour un auteur, notamment autoédité comme moi, de laisser un commentaire après leur lecture. D'une part, ça permet à l'auteur d'avoir un retour, et ça a beaucoup de valeur pour nous, et d'autre part, ça permet à nos romans de sortir de la masse de publications et d'être lus par d'autres lecteurs. C'est donc vraiment TRÈS TRÈS important. 
Je sais que ce n'est pas toujours évident, et je remercie sincèrement toutes les personnes qui prennent quelques minutes de leur temps pour laisser un commentaire après chacune de leur lecture. 
Je tiens aussi à remercier toutes les chroniqueuses qui lisent mes romans et partagent leurs avis sur de nombreux réseaux sociaux et plateformes de lecture. Je leur en suis très reconnaissante. 
Enfin, pour terminer, je voulais vous remercier pour cette belle interview. Merci d'avoir pensé à moi et de m'avoir permis de m'exprimer.

Réalisée en avril 2020

par Télésia pour L'instant Gourmet sur le blog Gourmandises Littéraires :

Ninon, tu es écrivaine, et auteure de plusieurs romans. Comment t'es venue l'idée de ton premier récit ?

 

Ce qui est paradoxal avec mon parcours, c'est que le premier roman que j'ai publié n'est pas le premier que j'ai écrit. 
L’empreinte du passé a été écrit spécialement pour un concours de romans sur les faits divers. Comme il a obtenu la 3ème place, il a été publié sur une plateforme dédiée à l’autoédition. Mais en réalité, la toute première histoire qui a mûri dans ma tête, c’est celle de Tout recommencer à zéro. Elle a surgi de nulle part, s’est imposée dans ma tête, jusqu’à ce que je la couche sur papier. Bizarrement, je n’ai publié ce roman qu’en 3ème.  

Il semble que la romance soit ton genre de prédilection. Quelques mots pour expliquer cette tendance ?

Honnêtement, que serait la vie sans amour ? C’est toujours l’histoire d’amour que je retiens dans un film ou un roman. Je n’imagine pas écrire une histoire sans qu’il y ait, de manière plus ou moins flagrante, une jolie histoire d’amour. Je suis romantique dans l’âme, très fleur bleue (qui l’assume) et je pense que la vie est assez difficile et morose pour qu'on en rajoute. On a besoin de rêver, de s’évader dans des histoires romantiques qui nous donnent le sourire et qui font parfois battre notre cœur un peu plus vite. En tout cas, c’est ce dont moi, j’ai besoin, donc j’écris des histoires que j’aimerais lire, tout simplement.
Cela dit, j’aime aussi beaucoup les secrets de famille, d’ailleurs, il y en a dans plusieurs de mes romans. 

 

Tu es régulièrement dans les top vente Amazon, que ce soit en France ou au Canada. Que peux-tu dire que le succès de tes oeuvres ? En es-tu satisfaite ?  Vises-tu plus loin ?

J’avoue que j’en suis la première surprise. Mais je suis ravie, évidemment ! Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas non plus expliquer pourquoi certains de mes romans ont plus de succès que d’autres. Est-ce que ça vient de l’histoire ? de la couverture ? J’imagine aussi que les mises en avant d’Amazon y sont pour beaucoup (offre éclair, prime reading).
Satisfaite ? Bien sûr ! Je suis très reconnaissante envers toutes les personnes qui donnent une chance à mes romans, permettant ainsi à mes personnages de prendre vie dans leur imagination. J’en profite d’ailleurs pour saluer mes lecteurs internationaux.

Plus que des romances, tes écrits font toujours ressortir un message particulier. The story behind the story. C'est volontaire ?
Y a-t-il des thèmes qui te tiennent spécifiquement à coeur ?

Avec le recul, je me rends compte que des thèmes reviennent régulièrement dans mes romans. Notamment le deuil et la résilience. Je pense que dans ce cas, c’est le côté thérapeutique qui ressort. J’ai besoin de me prouver (inconsciemment ou non) que malgré la perte d’un être aimé, la vie continue et qu’on peut avancer malgré tout.
Mais j’aborde aussi beaucoup la notion d’amitié, de famille. Je transmets dans mes écrits des valeurs qui me sont chères, même si parfois elles vont à l’encontre de celles d’aujourd’hui. Par exemple, on ne trouvera pas de scènes de sexe explicites dans mes romans.
Et puis la notion de résilience, de reconstruction, me semble importante. L’être humain a une capacité incroyable à se relever, quoi qu’il puisse subir. Mes personnages sont en principe toujours courageux. J’ai envie de transmettre un message positif, un message d’espoir, et que le lecteur referme mes livres le sourire aux lèvres.  

Si tu devais n'en garder qu'un seul parmi tous tes récits, lequel serait-ce ? Pourquoi ?

 

J’aime toutes mes histoires et tous mes personnages, évidemment. Mais la plus importante à mes yeux reste Ce lien qui nous unit.
C’est un roman thérapie, qui est précieux à mes yeux, car c’est le plus intime. Bien que ça reste une fiction, j’y ai révélé, entre les lignes, une grande part de mon intimité. Il m’a permis d’avancer dans ma vie personnelle. 

 

La liste de tes romans s'allonge petit à petit. Doit-on s'attendre à de nouvelles surprises prochainement ?

Bien sûr ! 
Oui, je travaille actuellement sur plusieurs projets, tous différents.
Ma prochaine sortie sera sans doute ce roman Young Adult dont je termine actuellement l’écriture. Peut-être arrivera-t-il entre vos mains d’ici quelques semaines/mois.
Mon imagination fourmille d’idées. Il me faut juste un peu (beaucoup) de temps pour arriver à toutes les écrire. 

Un dernier mot à adresser à nos lecteurs ?

Merci d’avoir consacré un peu de temps à la lecture de cette belle interview (merci beaucoup, les questions étaient chouettes !). Je voudrais remercier toutes les personnes qui lisent mes romans et qui laissent également un commentaire post-lecture (c’est TRÈS important pour un auteur).
Merci à ceux qui me suivent aussi sur les différents réseaux sociaux, je suis toujours ravie d’échanger avec vous.
Et si vous ne me connaissiez pas avant aujourd’hui, n’hésitez pas à vous montrer curieux ☻

Réalisée en avril 2020

par Caroline pour le site Entre deux livres :

Cette semaine, je vous emmène découvrir une nouvelle bibliothèque. Celle d’une auteure indépendante de romances. Elle a déjà une belle bibliographie et petit bonus, elle est également chroniqueuse ! Je vous laisse la découvrir !

E2L📚Bonjour Ninon et merci de m’accorder cette interview. Peux-tu te présenter en quelques mots ?

N.A.✒️  Bonjour, je m’appelle Ninon. Je suis mariée et maman de deux petites filles. Je suis auteure indépendante et j’ai publié 9 romans, 1 novella, 1 témoignage et 1 nouvelle dans un recueil collectif à ce jour. J’écris principalement de jolies romances contemporaines (romances dites sweet > sans scènes de sexe explicites), et j’aime aussi aborder les secrets de famille dans mes histoires. Elles sont pleines d’émotions et il vaut mieux garder les mouchoirs à portée de main durant la lecture. Mais on finit toujours le sourire aux lèvres.

📚Quelle lectrice es-tu ?

✒️Je suis une lectrice compulsive. Avec moi, c’est jamais sans un livre, et ce depuis ma plus tendre enfance. Actuellement, je lis entre 10 et 12 livres par mois, avec un bilan annuel qui tourne autour des 150. Il ne se passe jamais un jour sans que je ne plonge dans une histoire. J’ai des goûts qui varient : j’aime les jolies romances toutes douces (mon côté fleur bleue assumé), les histoires de secrets de famille, les romans young adult, mais également les dystopies, et la fantasy. Peu importe pour moi que l’auteur soit édité ou autoédité. Il y a des pépites dans les 2 catégories.

 

Cela dit, je choisis mes lectures avec soin. Il y a des thèmes ou des genres que je ne souhaite pas lire, volontairement. Par exemple, je déteste la new romance avec toutes ces scènes de sexe explicites (malheureusement de plus en plus répandues, sans doute parce que ça fait vendre), et je ne lis pas non plus de thriller.

📚Que recherches-tu dans tes lectures ?

✒️ Comme je lis le soir avant de dormir, j’ai besoin de lectures cocooning, de lectures qui font du bien, qui détendent. Je n’aime pas spécialement les romans dits « littéraires » avec des phrases et des mots compliqués pour lesquels il faut garder le dictionnaire à portée de main. Non, je préfère 1000 fois une plume simple, addictive et émouvante qui me permettra une lecture fluide et m’embarquera dans un tourbillon d’émotions. 

📚Quand tu ne connais pas l’auteur, qu’est ce qui te décide à ouvrir un livre ?

✒️ Il est certain que la couverture attire mon regard, puis le titre dans un deuxième temps et enfin, le résumé achèvera de me séduire (ou pas). Il m’arrive malheureusement de commencer la lecture d’un roman et de l’abandonner rapidement si je n’accroche pas avec la plume. Pour moi, la lecture doit rester un plaisir et donc je ne souhaite pas me forcer. Je consulte très rarement les avis des lecteurs ou alors seulement après lecture, pour comparer avec mon avis perso. Ainsi, je me rends compte que tous les goûts sont dans la nature. Il arrive que quelqu’un déteste un livre que j’ai adoré ou inversement. C’est assez marrant.

 

📚Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ? et pourquoi ?

✒️ J’ai eu un gros gros coup de cœur le mois dernier pour Les âmes vagabondes de Stephenie Meyer. C’est un roman de science-fiction qui aborde des thèmes qui m’ont beaucoup plu, l’histoire en elle-même est très sympa et les romances sont trop choouuuxxx ! Mon petit cœur romantique a totalement succombé !

 

📚Peux-tu nous présenter ta bibliothèque ? (Auteurs, livres à posséder…)

✒️  Malheureusement, faute de place, je n’ai qu’une toute petite bibliothèque, ce qui est paradoxal pour une lectrice compulsive, je le reconnais. Je suis inscrite à la médiathèque et j’ai une liseuse, ce qui me permet de découvrir des livres sans avoir besoin de les acheter en papier. Cela dit, j’ai décidé depuis quelque temps de réorganiser ma bibliothèque de manière à ne posséder que des livres coup de cœur que je prendrai plaisir à relire. Petit à petit, donc, je me débarrasse de ceux que je ne souhaite plus garder et j’achète mes plus belles découvertes, en version poche.

En ce qui concerne les auteurs, je n’ai pas la fan attitude, donc je n’achète pas spécialement tous les livres d’un même auteur. SAUF ceux d’Alexiane De Lys, je le reconnais, parce que j’adoooore ses 2 trilogies (Le secret de Lomé et Les ailes d’émeraude). Sinon, j’en ai plusieurs de Marc Levy et d’Agnès Martin-Lugand, ceux que j’ai préférés.

J’ai tout de même une PAL papier assez conséquente. Je profite d’ailleurs du confinement et de la fermeture de la médiathèque pour la vider un peu.

📚Et si tu avais la possibilité d’en emporter un seul sur une île déserte, ce serait lequel ?                         

✒️ IMPOSSIBLE ! N’en choisir qu’un seul, ce serait trop dur. J’emporterais ma liseuse, dans laquelle j’aurais stocké tous mes coups de cœur. Mais je crois que mon livre préféré entre tous, ça reste Tatiana, de Paulina Simons.

📚Avec quel auteur prendrais-tu un café et que lui dirais-tu ?

✒️ J’aimerais beaucoup rencontrer Marc Levy, parce que j’aime bien la personne qu’il est. Ça me ferait plaisir de papoter avec lui autour d’un café. Comme je serais hyper intimidée, je ne sais pas du tout ce que je lui raconterais, ou ce que je lui poserais comme questions, alors j’espère qu’il serait moins timide que moi.

 

📚Plutôt papier ou numérique ?

✒️ Les deux. Sans distinction. Je passe régulièrement de l’un à l’autre. Par contre, je lis sur liseuse, c’est absolument indispensable pour lire en numérique. La lecture sur téléphone ou tablette est une horreur pour les yeux, alors qu’avec la liseuse, c’est très agréable.

📚Tu utilises un marque page ou tu cornes les pages ?

✒️ Un marque-page. D’ailleurs, horreur : j’ai perdu tous mes plus jolis marques-pages. Je ne sais pas ce que j’en ai fait. J’espère simplement que je ne les ai pas laissés dans les livres de la médiathèque, sinon c’est cuit, je ne les récupérerai jamais !

📚Partages-tu tes avis et pourquoi ?

✒️ Absolument ! Depuis plusieurs années maintenant, je partage mes avis lecture. 

En tant qu’auteur, je sais à quel point c’est important d’avoir un retour de la part des lecteurs et que les commentaires sont nécessaires pour que d’autres lecteurs puissent découvrir nos romans. Donc, j’estime que c’est important que je laisse un avis lorsque je lis un livre, pour soutenir l’auteur. Pour qu’il ait un retour sur son travail et que ça lui donne envie de continuer à écrire.  

Bien sûr, il arrive que je n’aime pas un roman, mais je fais toujours en sorte que l’avis reste constructif. Ce n’est pas parce que moi je n’ai pas aimé que le roman est mauvais, pas du tout. Comme dit plus haut, il en faut pour tous les goûts. Si vraiment mon avis est négatif, dans ce cas, je m’abstiens, tout simplement. 

 

📚Merci de nous avoir ouvert ton univers de lectrice. C’est sympa d’avoir cette autre facette de ta personnalité.

✒️Merci à toi !

Réalisée en février 2020

par Audrey Martinez pour le site Rêve d'auteur :

Qui es-tu? Raconte-nous ton parcours, celui qui t’a mené à l’écriture. 

Je suis Ninon AMEY, auteure indépendante, autoéditée. En 2016, à la suite d’une thérapie, j’ai ressenti le besoin de faire un point sur ce que j’aimais, ce dont j’avais envie par rapport à ma vie, à mon métier. L’écriture m’est apparue comme une évidence. Elle m’a aidée à trouver un équilibre. À ce moment-là, honnêtement, je ne pensais pas à publier quoi que ce soit (bien que finalement tout s’est enchainé très vite, quand j’y pense). Début 2017, j’ai décidé de tenter des concours de nouvelles et un concours de romans. J’ai eu de très bons retours. Mon roman, notamment, a obtenu la 3ème place du concours et a été publié en autoédition sur une célèbre plateforme. Les retours plus que positifs des lecteurs m’ont permis de franchir le pas et de continuer à publier régulièrement depuis. 

Les romans

Combien de livres as-tu publiés? 

À ce jour, j’ai publié 1 novella et 8 romans. Le 9ème arrive en mars. 

Dans quel(s) genre(s) écris-tu? 

J’écris principalement des romances contemporaines, mais j’aime énormément aborder les secrets de famille. 

Quel est le livre dont tu es le plus fier parmi tes publications? Celui qui te marque le plus?

 

Ce lien qui nous unit est l’un des romans qui me tient le plus à coeur, parce que de nombreuses anecdotes sont très intimes, personnelles. Bien que ce soit une fiction à 100%, cette histoire a été mon roman thérapie. Je suis heureuse de l’avoir écrit, il m’a fait du bien, j’ai pu passer à autre chose. 

 

Métier d’auteur

Es-tu auteur à temps plein? Vis-tu de tes romans? 

Je suis auteure à plein temps, oui. J’en vis, dans le sens où j’ai un salaire tous les mois. 

Si tu es auteur à temps plein, quels sont les bons et les mauvais côtés de ce métier?

 

Le bon côté, c’est que je fais un métier qui me plaît, depuis chez moi en plus, alors que demander de plus ? (il faut dire que je suis très casanière 😉 ) Et puis, ça me permet de gérer mon temps comme je le souhaite. J’ai deux enfants, ainsi que d’autres activités à côté. Je peux donc m’organiser comme je le souhaite dans ma journée ou ma semaine. Pour moi, le plus difficile est d’arriver à tout gérer seule et de garder un équilibre entre la promotion, la gestion du site ou des pages sur les réseaux sociaux, les préparations de sorties de romans (incluant les corrections, les relectures, la couverture, la publication… ) et l’écriture. Ces activités sont chronophages et il me faut être très organisée pour réussir à tout gérer comme je le souhaite. 

 

L’autoédition

Qu’est-ce qui te plait le plus en autoédition? 

Le fait d’être indépendante me permet de publier ce que je veux au rythme que je veux, sans que rien ne me soit imposé (ou censuré) par une maison d’édition. En plus, en autoédition on touche 70% des ventes, ce qui n’est pas négligeable. 

Qu’est-ce que tu aimes le moins en autoédition? 

Comme je l’ai dit plus haut, ce que j’aime le moins c’est d’avoir plein de choses à gérer en même temps. C’est clairement une vraie entreprise, qu’il faut gérer correctement. Moi qui suis perfectionniste, je suis sur tous les fronts. C’est vrai que parfois, j’aimerais que quelqu’un d’autre gère certaines choses à ma place, déléguer, en quelque sorte, afin que je puisse me consacrer pleinement à l’écriture. 

Es-tu intéressé par l’édition traditionnelle en Maison d’Edition? Ou es-tu déjà hybride? 

Oui, évidemment, je ne suis pas contre l’idée d’être éditée. Cela dit, pas à n’importe quel prix. Je sais ce que je veux, et surtout, ce que je ne veux pas. Quoi qu’il arrive, ma volonté est de rester hybride et de pouvoir continuer à publier ce que je souhaite, quand je le veux. 

 

L’écriture

Quand écris-tu? A quel moment de la journée? 

J’ai remarqué que j’étais plus productive l’après-midi, quand mes enfants sont à l’école. Du coup, je réserve mes matinées à toutes mes autres activités, et notamment la promotion ou les tâches organisationnelles. Comme ça, mes après-midis sont réservés à l’écriture. 

As-tu des habitudes d’écriture, des rituels? 

J’écris toujours en musique. Je me crée une petite bulle, je suis dans un autre monde. J’ai besoin d’être tranquille. 

Plutôt papier? carnet? ordinateur?

Ordinateur sans hésiter. Je prends peu de notes, et jusqu’ici je n’ai pas trouvé de carnet adapté à mes besoins, c’est la raison pour laquelle je viens d’en sortir un qui correspond à ma façon de penser et de prendre des notes. 

Plan ou improvisation? 

Plan très flou et beaucoup d’improvisation en cours d’écriture. Mes personnages me mènent là où ils veulent… 

Combien de temps pour écrire le premier jet d’un livre?

Ça dépend… J’ai très (trop) souvent le syndrome du milieu donc j’ai beaucoup de romans en stand-by qui attendent leur fin. J’attends que la motivation ou l’inspiration reviennent et hop, je les termine. Donc ça peut être deux ou trois mois ou des années…

Indiscrétions

Quel est ton livre préféré?

Tatiana de Paulina Simons. Depuis des années, il reste mon n°1 ! Mais je lis tellement que je serais bien incapable de faire une liste de mes préférés. Il y en a trop ! 

As-tu des hobbies? des loisirs en dehors de l’écriture?

J’aime la photo et la musique. Et bien sûr, regarder des films romantiques 😉 !

Qu’éprouves-tu avant la sortie d’un roman? 

Le doute m’étreint. Beaucoup, beaucoup de doutes. Je déteste les sorties, elles sont très énergivores. Il faut dire que je me mets certainement beaucoup trop la pression toute seule. 

Et pour finir…

Quels sont tes projets dans les mois à venir? 

J’en ai des tas. Certains plus clairs que d’autres : notamment écrire ou terminer d’écrire plusieurs romans qui me tiennent à coeur. Je vais également faire plusieurs salons cette année. J’ai d’autres projets plus flous que je garde encore un peu secrets.  

As-tu un ou des conseil(s) pour les auteurs débutants? 

Mon premier conseil serait de se lancer, de ne pas se laisser tétaniser par la peur. Il faut parfois oser… Je suis persuadée que même les plus grands auteurs ont certainement la pression au moment de sortir leur nouvel ouvrage.

 

Mon second serait de faire un boulot de pro : par exemple, de faire relire et corriger le manuscrit par des professionnels, afin que personne ne puisse rien reprocher au texte ni à la mise en page. C’est très important, car malheureusement les autoédités n’ont pas encore très bonne presse en France et c’est dommage. Si on offre tous un travail de qualité, alors, peut-être qu’un jour les mentalités évolueront. Enfin, de ne pas avoir peur de poser des questions, de chercher des conseils auprès d’autres auteurs autoédités, plus expérimentés. 

Quelque chose à ajouter?

Merci pour cette interview et merci aussi pour ce site, qui est une très bonne initiative ! 

Réalisée en janvier 2020

par Gracieuse Robert :

LUNDI – On commence la semaine ! Hop hop hop ! 7 questions sur… Toi. Présente-nous l’Autrice !

 

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse pas.

As-tu un(e) assistant(e) comme moi ?
(dans ta vie personnelle, professionnelle, pour toute tâche ingrate, etc.)

Malheureusement non (ça serait vraiment cool !), mais j’embauche mon mari et mes enfants. Je délègue… du moins, j’apprends ;-) 

 

Quel est ton objet fétiche ?
(Stylo, chaussettes, bouteille de bière, etc.) Explique-nous.

Non, pas d’objet fétiche, mais comme beaucoup de monde, je me sens perdue sans mon portable. 

 

Je te propose une soirée avec un auteur, quel est ton programme ?

J’imagine qu’on parlera de lectures, principalement, mais aussi peut-être d’écriture et on s’échangera nos conseils édition/autoédition. Avec un peu de chance, on aura d’autres points communs et on deviendra amis. 

 

Un lecteur idéal ? Raconte-le. Un authentique, un vrai, élevé au bon grain.

Celui qui ose découvrir des auteurs peu connus, même autoédités. Qui part sans apriori et se laisse séduire par l’histoire. 

J’ai la chance d’en compter plein parmi mes lecteurs.. En plus, ils n’oublient pas de laisser un commentaire post-lecture. Ils sont parfaits ! Je les aime !

 

Un de tes personnage à nous présenter : que voudrais-tu lui dire ?

Matthieu, de Ce lien qui nous unit

« Enfin, te voilà ! Tu m’as trop manqué. Je t’aime. »

 

Décris-nous ta position préférée pour écrire ?

Allongée. Oui… c’est pas forcément facile, mais c’est le cas. Sur mon canapé ou dans mon lit. 

 

Portes-tu une tenue particulière pour écrire ?

Satin, dentelle, coton ?

Décontractée ! J’aime être à l’aise pour pouvoir me concentrer pleinement sur mon histoire et mes personnages.

MARDI – Auteur certes, Lecteur aussi ? Si tu ne lis pas, tu vas au ciné ou tu regardes des films, des séries… Et si tu ne fais pas ça de ta caverne, tu dois jouer à des jeux vidéo ? Au fait, c’est 6 questions aujourd’hui.

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse toujours pas.

Qu’oses-tu nous dire à propos de tes vices avouables dans tes lectures (filmographie/ludothèque) ?

Je n’ai pas de vice inavouable, non, mais je suis une dévoreuse de livres. Je peux en lire 3 ou 4 par semaine. 

Avec moi, c’est « jamais sans un livre ». 

J’aime aussi regarder un film ou une série. (Vive Netflix > ah, ben le voilà mon vice !)

 

En musique ou non ? 

Pratiques-tu ton loisir en musique ou non ?

La lecture, jamais, contrairement à l’écriture, d’ailleurs. 

 

Comment peut-on te séduire ?

En m’offrant une carte cadeau avec un montant sympa, à utiliser dans une librairie. 

 

Ebook ou papier ? Audiolivre ? Gros caractères ?

(Ou si tu ne lis pas : Adepte aux films TV ou écran ? Ou juste le son pendant que tu fais autre chose ?)

Ebook ET papier. J’adore les 2, vraiment. Je passe de l’un à l’autre sans souci. Il y a des avantages et des inconvénients dans les deux. J’adore la liseuse, le soir, parce que je peux lire dans le noir, c’est moins agressif pour les yeux, et ça me permet de glisser plus facilement dans le sommeil… 

 

Lis-tu des confrères ?
(Ou BD, revues, nouvelles, etc… fonctionne aussi si tu ne lis pas)

Oui, je lis énormément, et notamment des autoédités. J’aime également me laisser séduire par de nouvelles plumes. Mais je dois avouer que je choisis avec soin mes lectures. Je trouve qu’il n’y a rien de pire que de devoir se forcer à lire un livre qu’on n’a pas envie de lire. 

 

Lis-tu des notices ?

Même de jeux vidéos

Ben… ça m’arrive. Notamment les règles de jeux de société. De là à les comprendre…

MERCREDI –  Parle-nous de ce qui t’anime en tant qu’auteur. 

Tu connais le chemin de la table du kiné… Une petite bière ?

Comment inventes-tu tes titres ?
Il y a toujours un titre qui me vient dès le début de la phase d’écriture. Ce qui me permet de ne pas avoir à numéroter mes romans. Mais parfois, je peux en changer avant la publication, si je trouve qu’il ne correspond plus. Dans ces cas-là, j’ai beaucoup de mal à en trouver un qui me plaît. 

 

Ton temps de présence sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu fais tout ?
Les RS (réseaux sociaux) prennent trop de temps à mon goût. Oui, je fais tout, mais je m’organise au maximum pour être la plus efficace possible en un minimum de temps.

 

Une âme de coach ? Pourrais-tu coacher un autre auteur débutant ?
Oui, j’aime bien diriger. Coacher, c’est difficile, ça demande beaucoup de temps et d’investissement, et je crois que je n’ai ni le temps ni l’énergie. 
Donner des conseils ou parler de mon expérience, bien sûr, pas de problème. 


Jusqu’où irais-tu pour un salon ? 
Distance, demandes, etc…
Je suis allée jusqu’à Lyon (4h de route), mais pour l’instant, personne ne réclame ma présence avec insistance ( ;-) ), donc, j’essaie de rester dans ma région, pour plus de facilité d’organisation. Cela dit, je reste ouverte à toute proposition. Tout se négocie, se réfléchit… 

JEUDI –  Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

 

Installe-toi confortablement sur la table de kiné, pose ta tête au milieu du trou et vas-y, nous t’écoutons.

 

Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?

C’est un livre qui fait du bien, qui donne le sourire, tout en faisant passer par toute une gamme d’émotions. De plus, c’est un roman parfait pour la saison, puisqu’il se déroule en grande partie à la montagne, dans la neige. 

Combien de temps pour conclure ?

Ton livre, bien sûr !

Ça dépend d’un livre à l’autre. Souvent, j’ai besoin de le laisser poser après l’écriture et je le reprends quelques mois plus tard. J’ai besoin qu’il me plaise à 100% avant de sortir. Sinon j’attends. Mais généralement, ça va vite. Ces deux dernières années, j’en ai sorti 4 par an. Je pense que je vais désormais ralentir un peu le rythme. 

 

Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?

Oui, bien sûr, tout ça à la fois. 

Si seulement…

Non, le plus souvent, j’utilise les RS (réseaux sociaux), c’est mon moyen de donner envie aux lecteurs de découvrir mon univers. 

Les chroniqueuses littéraires permettent également à mes romans de se faire connaître, grâce à leurs blogs. Je les en remercie grandement, d’ailleurs.

VENDREDI – On va parler de la personne derrière l’auteur… Ben oui ! On sait que dans ce corps de plume, de comptes de lectures et de stratégie marketing bat un cœur humain. Respire, il n’y a que 3 questions.

 

Chocolat Suisse ou Belge ?

Toute forme de chocolat. Accro à 200%

 

Pastafariste ou d’une autre religion ?

À tes souhaits ! ;-) 

 

Tu vois une grande femme comme moi, que lui dis-tu pour la séduire ?

Pour l’inciter à découvrir mon univers, plutôt ^^ Je lui demanderais ce qu’elle aime lire, et je lui proposerais celui de mes romans le plus adapté à ses goûts. 

- Ah ben j'ai beaucoup aimé Ce lien qui nous unit et j'ai Dis-moi pourquoi dans ma Pile à Lire. Avec un chocolat en prime, je te tombe dans les bras...

SAMEDI – jour de salons, souvent. Tu me vois venir ? Bien. Tant mieux, on y va, alors.
En deux questions, t’as tout compris.

 

Acceptes-tu le liquide ? Bière, café, chocolat, comme mode de paiement ?

Tous les moyens de paiement sont acceptés sur mon stand. Le chocolat, ça marche aussi ! 

 

Et si on te paie en nature, comme en pâtes, ça te va aussi ?

Autant que ce soit en chocolat, alors ;-) 

Pour le reste, mon mari, qui m’accompagne souvent, veille au grain. 

 

- Si ton mari accepte les pâtes, ça nous va aussi ! 

DIMANCHE – Jour où on en profite souvent pour se la couler douce. Je ne poserais qu’une question et tu feras le reste. Ok ? T’as carte blanche.

 

Et 10 lignes pour ne pas fatiguer nos lecteurs. C’est parti.

Au resto, entrée ou dessert ?

Dessert sans hésitation. Chocolat de préférence, mais caramel, ça me va aussi ^^

Merci, Grâcieuse, pour cette chouette interview. Ça m’a fait très plaisir d’y participer. J’en profite pour glisser un merci à tous mes fidèles lecteurs, ainsi qu’à toutes les chroniqueuses qui répondent toujours présent. 

Quant à tous ceux qui entendent parler de moi pour la première fois, n’hésitez pas à découvrir mon univers, mes romans, à rejoindre mes abonnés sur mon site auteur pour être au courant des scoops en avant-première (sorties, salons…) et à venir échanger avec moi. Je ne mords pas, promis !

À très bientôt.

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Icône YouTube

©Ninon Amey 2019-2020 – Tous droits réservés.