Réalisée en Novembre 2018

par Aurélie de Des Songes et des Mots

  • Bonjour Ninon, peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Bonjour. J’ai 34 ans (faut-il vraiment le dire ?  ), mariée, maman de 2 enfants, et ancienne infirmière. Depuis cette année, je suis désormais autoentrepreneuse, auteure indépendante. 

  • Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ? 

Ma plus grande passion est la lecture. J’aime aussi beaucoup le cinéma, mais je n’ai pas l’occasion d’y aller souvent, malheureusement. 

  • Depuis quand écris-tu ?

J’écris depuis peu, 2015-2016 il me semble. Au départ, je ne comptais pas publier, c’était plutôt une thérapie, mais finalement…

  • Écris-tu des choses que tu ne montres à personne ? 

Mes romans en cours d’écriture ne sont lus par personne tant qu’ils ne sont pas terminés. Mes notes et mes idées sont secrètes également, pas touche à mes carnets AhAh. Sinon, non, je n’ai pas d’autres écrits secrets. 

  • D’où te provient ton inspiration ? 

Mes idées me viennent parfois lors de mes vacances, lors de sorties… Ces idées-là ont besoin de mûrir dans ma tête, d’être construites, étoffées. 

Mais les idées que je préfère sont celles qui surgissent un beau matin, lors de mon réveil… Je les adore celles-ci, même si pour l’instant aucune des deux que j’ai eues de cette manière n’est encore publiée, mais ça viendra… Tout est noté dans l’un de mes fameux carnets. 

  • Dans quelles conditions aimes-tu écrire ? 

Dans le CALME. J’ai horreur qu’on vienne me déranger pour un oui ou pour un non. J’ai besoin de me plonger littéralement dans mon histoire, de me couper de la vraie vie. Cela ne veut pas dire pour autant que j’écris dans le silence. Au contraire, j’ai souvent un casque avec de la musique, en général une playlist différente par roman, selon l’ambiance, l’émotion. Et puis, j’ai souvent une tasse de tisane et du chocolat juste à côté. 

  • Quelle difficulté as-tu rencontré pendant l’écriture de tes romans ? 

Pas de grosses difficultés en soi, plutôt des petites. Par exemple, le manque de temps lors de la phase d’écriture, ou devoir m’arrêter pour m’occuper de ma famille alors que les idées se bousculent dans ma tête. 

L’ordi qui rame est un autre problème… j’ai donc investi dans du meilleur matériel. 

Et puis, ce qui est parfois compliqué, pour l’écriture en elle-même, c’est de ne pas savoir comment finir un roman. Ça m’arrive. Du coup, je le laisse « reposer » quelque temps et je le ressors plus tard. Parfois, l’idée m’est venue entre-temps, ou alors elle vient au fur et à mesure que je reprends l’écriture, souvent après avoir relu l’histoire depuis le début. 

  • Quelles sont tes projets d’écriture à venir ? 

Plusieurs romans sont en cours d’écriture… Un à reprendre totalement car je l’ai écrit il y a quelques mois et il ne me convient pas dans sa forme actuelle. Deux autres attendent leur fin (qu’est-ce que je disais…) et un autre est en début d’écriture. Je me concentre sur celui-ci tant que j’ai l’inspiration. 

Je souhaite aussi écrire le tome 3 de Tout reprendre à zéro. Les idées sont là, y’a plus qu’à… L’avantage d’être autoéditée et indépendante, c’est que je prends le temps que je veux, personne (à part moi) ne me met la pression, je sors mes romans quand je le décide, dans l’ordre que je souhaite. 

  • Comment t’es venu l’idée de publier en auto-édition ? 

Ça s’est fait tout seul, à vrai dire. Je n’osais pas publier du tout, mais j’ai écrit un roman pour un concours de romans, en 2017. Il a obtenu le 3ème prix et a donc été publié par Librinova. Les commentaires enthousiastes des lecteurs m’ont donné le courage de me lancer vraiment et de publier les autres romans qui dormaient dans un tiroir. Je ne regrette pas. 

  • Enfin où peut-on se procurer tes romans ?

Mes romans sont tous disponibles en version numérique et papier, et en emprunt Kindle sur Amazon. 

L’empreinte du passé est également disponible en version numérique sur toutes les librairies en ligne, mais aussi dans la sélection Prime reading d’Amazon (sélection de titres gratuits pour les abonnés Prime).

 

 

TON PORTRAIT CHINOIS, si tu étais… 

Un livre : Tatiana, de Paulina Simons. 

Une chanson : : Incomplete, des Backstreet boys

Un film : Titanic  

Un objet : un livre, what else ? 

Le personnage d’un de tes romans : Hannah, de Ce lien qui nous unit. 

Un animal : un chat (c’est chouette la vie de chat, non ?)

JE TE LAISSE LA PAROLE 

Je te remercie, Aurélie, pour m’avoir donné l’opportunité de répondre à cette interview. Ça m’a fait très plaisir de collaborer avec toi / vous. J’aime beaucoup votre blog et la page Facebook associée, mais vous le saviez déjà, n’est-ce pas ?

Je profite de cette occasion pour remercier tous mes lecteurs, et encore plus particulièrement tous ceux qui me laissent des commentaires, après leur lecture. L’autoédition est quelque chose de formidable, car elle permet à des auteurs inconnus de partager de belles histoires (et je peux vous dire qu’en tant que grande lectrice, j’ai découvert beaucoup de pépites). Malheureusement, je pense que beaucoup ne se rendent pas compte du travail effectué en amont pour que les lecteurs puissent avoir notre roman entre leurs mains, car un autoédité doit tout faire seul, il n’a pas le soutien d’une grande maison d’édition. La quantité de romans édités est énorme, et nous, petits auteurs insignifiants, avons vraiment besoin de l’aide des lecteurs afin de nous faire connaître et de sortir un peu de la masse, pour que nos romans aient un peu plus de visibilité. Alors, s’il vous plait, chers lecteurs, n’hésitez pas à laisser ne serait-ce qu’un petit commentaire sur Amazon ou sur les plateformes de publication pour soutenir les auteurs que vous appréciez.  Merci d’avance et surtout, merci de nous lire !  Sans vous, un auteur n’est rien. 

Réalisée en septembre 2018

par The Funny World of lumina :

1) Pourriez-vous me raconter comment vous avez commencé à écrire ?

J’ai commencé à écrire il y a 2 ans environ. Je ne sais pas vraiment pourquoi. J’avais une histoire qui me trottait dans la tête, et écrire a été un exutoire à plusieurs émotions que je ressentais, à l’époque. Il fallait que j’évacue certaines choses. C’est chose faite!

2) Avez-vous déjà eu un journal intime, des carnets où vous releviez des citations, des pensées,… ?

Quand j’étais ado, oui, j’avais un journal intime. J’en ai eu honte, je l’avoue, alors je l’ai jeté 

 

3) Comment vous est venu l’idée de publier?

En réalité, je n’osais pas. J’ai participé à un concours de roman l’été dernier avec L’empreinte du passé et j’ai obtenu la 3ème place donc la publication numérique sur toutes les librairies 2.0. ça s’est donc fait tout seul, si je puis dire…

4) À partir du moment où vous avez publié votre premier ouvrage, vous a-t-il été plus facile (ou plus difficile) de publier ensuite?

Lorsque mon premier roman est sorti j’ai eu très peur. N’étant pas du tout connue dans le monde littéraire, les débuts ont été longs et difficiles, mais petit à petit, je me suis fait connaître et après les magnifiques retours que j’ai eus, je me suis lancée et j’ai publié les deux romans suivants, qui dormaient dans un tiroir. Quand on est déjà connue, qu’on a acquis un lectorat, c’est beaucoup plus facile !

 

5) Pouvez-vous me parler en quelques mots de chacun des livres que vous avez publié ( ou s’il y en a trop, de quelques-uns de votre choix) ?

L’empreinte du passé est mon premier roman à avoir été publié, à la suite du concours de roman sur les faits divers. C’est une fiction romancée basée sur un fait divers réel : la découverte, en septembre 2016, d’une lettre d’amour datant de 1922 dans un bâtiment en chantier à Nice.

Ce lien qui nous unit est un roman contemporain qui parle d’un secret de famille révélé 20 ans plus tard et dont les conséquences auront des répercussions sur les différents protagonistes. Pas vraiment de romance dans celui-ci, plutôt des portraits de femmes fortes et courageuses qui sont unies par un même sentiment: l’amour.

Tout recommencer à zéro est le premier roman que j’ai écris. Il était important pour moi de le publier, et je ne le regrette pas car les lecteurs sont ravis. C’est une romance, une histoire de résilience.

Tout reprendre au début, sorti le 9 juillet, est une suite un peu particulière de Tout recommencer à zéro, puisqu’on retrouve les mêmes personnages, mais dans trois récits alternatifs. Toujours une romance, toujours de la résilience. On reste dans le thème. Qui d’entre nous ne s’est jamais demandé comment aurait été sa vie si un seul détail avait été différent? C’est ce que j’ai voulu développer ici, surtout parce que je ne voulais pas vraiment quitter Alicia et Jérémie 

Je les aime, ces deux-là 

 

6) Avez-vous des rituels pour écrire ?

J’ai besoin d’un temps assez long pour me replonger dans mon univers (au moins 1h30 je dirais). Je me coupe du monde réel en écoutant une playlist adaptée à l’histoire que j’écris et j’ai toujours à portée de main une tasse de tisane (oui, oui !) et quelques morceaux de chocolat noir.

7) Que voulez-vous transmettre à travers vos livres?

Je souhaite seulement partager des histoires qui sont nées dans mon esprit, faire vivre mes personnages dans l’imaginaire des lecteurs. Pour l’instant j’ai écrit sur des thèmes qui me tenaient à cœur : la résilience, le deuil, les secrets de familles. Il est possible que ça change par la suite. Je veux surtout faire passer un bon moment aux lecteurs, leur permettre de déconnecter de la réalité, mais aussi qu’ils éprouvent des émotions. Quand je lis un commentaire qui me parle de torrent de larmes versées, je sais que j’ai atteint mon but 

 

8) Qu’éprouvez-vous avant la sortie d’un roman?

L’angoisse, toujours ! Et s’il ne plaisait pas, s’il décevait mes lecteurs ? J’attends ensuite avec impatience les retours et les commentaires (malheureusement pas assez nombreux à mon goût…), qui, bien souvent, me rassurent et m’émeuvent!

9) Quels sont vos futurs projets? (Nouveau livre,…)

Mon prochain roman sortira normalement en octobre ou novembre, si tout va bien, si j’ai le temps de le retravailler ( je vais tout faire pour !!)

En parallèle, j’écris actuellement un roman pour un autre concours ayant pour thème Les secrets de famille. Je ne pouvais pas ne pas participer… Celui-là sera sans doute publié en début d’année prochaine, qu’il gagne ou non…

Je ne m’arrête plus 

Et puis, les lecteurs me demandent aussi une vraie suite pour Alicia et Jérémie, alors l’idée prend forme dans mon esprit. Je suis parfois capable de plaquer le roman en cours pour écrire un nouveau roman, alors qui sait ce qui peut arriver…

10) Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à vos lecteurs rêvant de devenir écrivain?

Allez-y, foncez ! Croyez en vous !  Il y a de la place pour tout le monde dans le monde de l’écriture, et de vraies perles chez les autoédités !

Réalisée en Août 2018

par Céléna Ritz de À la découverte des nouveaux auteurs

Bonjour Ninon AMEY, je suis très contente que vous ayez accepté d’être interviewée, avant de commencer, permettez moi de présenter votre ouvrage, vous avez écrit trois livres un premier « L’EMPREINTE DU PASSE, paru le 06 novembre 2017, le deuxième « CE LIEN QUI NOUS UNI », paru le 24 février 2018, et le petit dernier qui s’intitule :
TOUT RECOMMENCER A ZERO, paru le 9 mai 2018

 

En voici la présentation : 
La vie d’Alicia bascule brusquement, le jour où son mari et sa fille sont victimes d’un accident de la route.
À la suite d’une trahison qui l’a ébranlé au plus profond de son être, Jérémie s’est juré qu’il ne se laisserait plus jamais briser le cœur par qui que ce soit.
Lorsque, lors d’un mariage, ces deux-là se croisent, il suffit d’un regard pour que la magie opère instantanément.
Mais entre les peurs de l’un, la conscience de l’autre, et la famille qui s’en mêle… tout devient subitement plus compliqué.
Pourront-ils réellement tout recommencer à zéro ?

Racontez-nous comment vous en êtes venue à écrire ce livre ?
« Ce roman est particulier à mes yeux, car même s’il est le troisième à avoir été publié, c’est le premier que j’ai écrit. L’histoire s’est imposée un jour à moi, et je l’ai retranscrite en mots. Les personnages me tiennent donc particulièrement à cœur. D’ailleurs, sa suite est désormais disponible et s’intitule TOUT REPRENDRE AU DEBUT (parution le 9 juillet 2018) . Un troisième tome est prévu, sans doute pour 2019. »

Ce qui m’amène tout naturellement à vous posez la question suivante, comment arrivez-vous à gérer votre temps pour écrire ? Vous avez peut être une activité professionnelle, si oui, comment faites vous pour écrire ?
« J’essaie dans la mesure du possible de me réserver une à deux heures par jour pour écrire (ou relire, ou corriger) mes romans. »

Maintenant que nous savons comment vous vous organisez, parlez nous un peu de vous ? Avez-vous d’autres passions mise à part l’écriture ?
« Je suis une dévoreuse de livres ! J’adore lire et je ne me déplace jamais sans un livre. D’ailleurs, depuis début juillet, j’ai rejoint l’équipe de chroniqueuses du blog littéraire Des Songes et Des Mots. »

Ninon, dites nous tout, pensez -vous en faire un jour votre métier ?
« Je dirais que c’est déjà un peu le cas, puisque j’arrive à vendre mes romans. Je ne cherche pas à devenir millionnaire, je veux seulement garder le plaisir d’écrire et le bonheur d’être lue. »

Moi ce que j aimerais savoir Ninon c’est comment vous viennent les idées, arrivent -elles tout naturellement ou vous faut-il un plan pour élaborer votre texte ?
« Mes idées de départ me viennent naturellement sur plusieurs mois (ça germe dans ma tête). Je fais rarement de plans précis, car de toute façon, lors de la rédaction mon cerveau n’en fait qu’à sa tête et m’entraîne sur des chemins que je n’aurais même pas imaginés… »

J’ai entendu des ecrivains dire qu’ils avaient un mentor qui les inspiraient et vous Ninon, mentor ou pas mentor ?
« Non, pas spécialement de mentor. Mais j’admire certains écrivains, comme Marc Levy, Agnès Martin-Lugand et Laure Manel, tant par leur façon d’écrire, que par leur simplicité. » 

Quand on dit écriture, on pense lecture, quelle genre de lecture préfèrez-vous Ninon?
« Je lis évidemment de la romance (pure) et des romans contemporains ou historiques. Il faut avant tout qu’ils me donnent envie, je ne me force jamais à lire un roman qui ne me plait pas. La lecture doit rester un plaisir. »

Je suppose que vous avez toujours aimé lire et ce depuis toute petite, mais est ce que vous écriviez déjà, peut-être des poèmes ou des citations ou teniez vous un journal intime ? Si oui est ce que vous les faisiez lire ? 
« J’ai tenu un journal intime à l’adolescence, mais il était hors de question que quelqu’un le lise ! Pour ce qui est d’écrire des histoires, j’ai essayé mais ça n’a jamais abouti. J’ai longtemps pensé que je n’avais aucune imagination… »

Dites moi Ninon, je suis curieuse, avant la publication de votre livre, connaissiez-vous d’autres écrivains? Des éditeurs ? Qu’est ce qui vous donné l’idée de publier votre ouvrage ? 
« Non, je ne connaissais personne, même si j’étais intriguée par ces auteurs qui s’autoéditaient…
Des évènements difficiles de ma vie m’ont fait m’interroger sur ce qui comptait vraiment pour moi, ce que j’aimais… écrire est venu naturellement, ç’a été un exutoire. J’ai commencé par quelques concours de nouvelles. Ma première nouvelle a été publiée dans un recueil et l’ une des suivantes a obtenu le 2ème prix d’un concours. Surprise mais heureuse de voir que mon style plaisait, je me suis alors lancée dans un concours de roman, et L’empreinte du passé a obtenu le 3ème prix, ce qui incluait la publication numérique dans toutes les librairies en ligne. C’était parti pour une nouvelle aventure… »

Si vous êtes passé par une ME, quels ont été vos rapports avec l’éditeur, comment a-t-il réagi à la lecture de votre texte, vous at-il demandé de faire des modifications, style refaire certains passages ou en supprimer ?
/

Si vous avez choisi l’auto édition, vous voulez bien nous expliquez en quelques mots comment çà c’est passé, correction du texte, fabrication de la couverture, mise en page, détermination du prix, choix de la plateforme de vente etc…
« Comme L’empreinte du passé a obtenu le 3ème prix du concours Librinova, il a été publié par cette plateforme. La mise en page a été faite par eux. J’ai seulement fait la couverture et choisi le prix.
Pour les suivants, j’ai choisi de m’autoéditer sur Amazon. C’est sûr, il faut tout faire soi-même, mais ça me plaît assez, je n’ai pas à me battre pour imposer mes idées. »

Dites moi Ninon, est-ce que vous faitez vous-même la promotion de votre livre ? Si oui, comment vous y prenez-vous ? Vous faites des salons et des séances de dédicaces en librairie pour vous faire connaître ? Comment çà se passe t-il ?
« Oui, je fais ma promo toute seule, uniquement sur Facebook. Je ne fais pas de salons, ni de dédicaces. Je compte aussi sur les chroniqueuses qui lisent mes romans pour en parler sur leurs blogs. »

Avant de nous quitter, accepteriez vous de vous projetez dans une histoire imaginaire ? Imaginons que lors d’un salon, vous faites la rencontre d’un jeune homme fort sympathique, qui vous achète un livre, avant de partir, il vous demande une carte de visite, que vous lui donnez avec plaisir… Un mois plus tard, vous recevez un appel téléphonique de ce jeune homme qui vous dit « Bonjour Ninon, nous nous sommes rencontrés au salon du livre de Lyon, je vous ai acheté un livre, je vous tél parce que j ai adoré… Je suis l’assistant de Jean-Pierre Jeunet , il voudrait adapté votre livre au cinéma ». Quelle serait votre réaction ?
« Je crois qu’en premier je me méfierais, mais après avoir vérifié que c’est vrai, je serais FOLLE DE JOIE, j’imagine que je sauterais partout !!! (et que je mettrais des jours à m’en remettre) 
Bien sûr que j’aimerais que mes romans soient adaptés au cinéma !"

Notre interview se termine, je vous remercie Ninon, d’avoir accepté de répondre à mes questions, j’ai été ravie de faire votre connaissance, au plaisir de vous lire… 
Amicalement 

"Merci à vous ! "

Réalisée en juin 2018

par Andréa Cécil

Réalisée en mars 2018

par Amabooksaddict

Bonjour Ninon et bienvenue sur Amabooksaddict,

 

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, j'ai la trentaine, un mari, deux enfants... Il fut un temps, j'ai été infirmière (ce qui explique que la plupart de mes héroïnes le soient) mais pour le moment, je m'occupe de ma famille, et j'écris dès que j'ai un peu de temps.

Depuis quel âge écrivez-vous ? Quel a été votre premier roman terminé ?

Il y a quelques semaines, j'aurais répondu que je n'écris que depuis deux ans, mais ma fille a retrouvé un manuscrit dans un de mes vieux livres d'enfants chez mes parents, sur lequel j'avais commencé la rédaction d'une histoire... Alors, bien que je n'en aie aucun souvenir, je crois que j'écris depuis l'enfance...

Mon tout premier roman, celui que j'ai écrit il y a maintenant deux ans, est resté plusieurs mois dans un tiroir, puisqu'il sortira officiellement en mai 2018. 

Mon premier roman a avoir été publié, L'empreinte du passé, l'a été grâce à un concours de romans (je l'ai écrit spécialement) dans lequel il a obtenu la troisième place.

Pourquoi publier en autoédition ?

Tout simplement parce que le concours de romans était organisé par Librinova, un système d'autoédition. L'empreinte du passé a donc été publié par Librinova sur de nombreuses librairies en ligne, c'était la récompense du concours. C'est grâce à ça que tout a commencé.

D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

Mes premiers romans ont été inspirés par des évènements personnels... Il fallait que j'évacue certaines choses, d'où les thèmes comme le deuil, la résilience, la répétition familiale inconsciente...  J'ai commencé à écrire uniquement pour le bien que ça me faisait, pas dans le but de me faire publier. Ce n'était ni plus ni moins qu'une thérapie.

Maintenant, mes idées me viennent de la vie de tous les jours : les gens que j'observe, une discussion que j'entends, un fait divers que je lis... Ou alors, parfois, et c'est le cas pour le roman que j'écris actuellement, l'idée me tombe littéralement dessus sans que j'aie besoin d'y réfléchir. Ces idées-là sont celles que je préfère car elles sont source de motivation. 

En quelques mots, pouvez-vous présenter vos romans ?

L'empreinte du passé est une fiction romancée inspirée par un fait divers réel : la découverte, en septembre 2016, d'une lettre d'amour datant de 1920 dans un bâtiment en chantier à Nice. 

Mon héroïne, Camille, est infirmière en 2016 et va être amenée à découvrir un secret de famille, notamment en lisant le journal d'une certaine Jeanne, infirmière en 1920, dont la vie est relativement semblable à la sienne.

 

Ce lien qui nous unit, mon deuxième roman, uniquement publié sur Amazon cette fois, est un roman contemporain, qui relate la vie de quatre femmes : Nathalie, Marie et Maggie, mais particulièrement celle d'Hannah, une lycéenne qui va rencontrer un jeune homme, Matthieu, qu'elle aimera dès le premier regard, mais de qui elle ne sera jamais amoureuse. Un évènement dramatique révélera au grand jour un secret de famille enterré depuis plus de vingt ans. 

Avez-vous d'autres projets à venir ?

Oui, plein !  Mon prochain roman (le premier que j'ai écrit, donc) sort en mai, et la suite, cet été, normalement. Ce sont des romances. 

J'ai plusieurs romans en stand-by qui reposent en attendant des corrections et des publications.

Je suis actuellement en train d'écrire une histoire qui s'est imposée à moi, un matin au réveil, et je pense la publier rapidement, dès qu'elle sera terminée. J'ai trop hâte !

En parallèle, je participe encore parfois à des concours de nouvelles... 

Et puis, j'ai une multitude d'idées pour de futurs romans.

En réalité, je n'ai pas assez de temps pour faire tout ce que j'aimerais... 

 Il faut dire que dans l'autoédition, il faut tout faire soi-même : écrire, faire les corrections, mettre en page, créer sa couverture, publier, et surtout, surtout, faire sa promo. ça prend un temps fou !!!

Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Pour écrire, il me faut un créneau assez important (au moins une heure). Je m'isole, dans une pièce calme, avec une tasse de café-thé-tisane et quelques morceaux de chocolat, puis je mets mes écouteurs et lance la playlist adaptée à chaque roman. A partir de là, je suis dans ma bulle. En général, je relis les dernières pages que j'ai écrites pour me remettre dans le bain... et, après une longue inspiration, c'est parti pour quelques heures d'écriture...

Une dernière chose à nous dire ?

Je remercie tous les lecteurs qui prennent le temps de noter un commentaire sur Amazon (ou autre plateforme). C'est important pour nous, auteurs indépendants, car nous sommes noyés dans la masse. Pour nous faire connaître, nous comptons sur le bouche à oreille, et je remercie vraiment toutes les personnes qui nous donnent un petit coup de pouce pour nous aider à nous faire connaître (comme vous aujourd'hui). MERCI !!

*****

L'interview touche à sa fin, merci Ninon pour votre participation et à très vite.

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Icône YouTube

©Ninon Amey 2019 – Tous droits réservés.