Réalisée en septembre 2019

par Aurélie du blog Les chroniques de Cendrillon :

Quelques petits détails formels pour commencer si tu veux bien…

 

Quel est ton nom de plume ?

Ninon Amey

 

Existe-t-il une raison particulière concernant ce choix ?

Non, c’est chouette, comme nom, non ? 

 

Quel genre de livres écris-tu ?

J’écris principalement des romances contemporaines, mais j’aime aborder les secrets de famille dans certaines de mes histoires.

Portrait chinois

Si tu étais …, tu serais…

 

Un mot : Amour

Un livre : Ce lien qui nous unit

Une citation : « Deviens qui tu es, quand tu l’auras appris » (Pindare)

Une saison : l’été

Un personnage : me voilà bien incapable de répondre à cette question !

Une musique : Incomplete (Backstreet Boys)

Un film : Titanic

Café philo

Pourquoi écris-tu ?

J’ai commencé l’écriture lors d’une thérapie. Je me suis rendu compte que ça apportait un équilibre à ma vie. Du coup, je continue…

 

Quelles sont tes petites manies d’écrivain ?

J’écris toujours en musique, un casque sur les oreilles, comme pour me couper du monde qui m’entoure et me retrouver dans ma bulle.

Quelle lectrice es-tu ?

Une lectrice compulsive. Je lis environ 4 romans par semaines. Mon crédo : jamais sans un livre !

Si tu devais présenter chacune de tes publications en trois mots ce serait ?

L’empreinte du passé : Secret de famille, héritage, romances.

Ce lien qui nous unit : Amour, complicité, famille.

Tout recommencer à zéro : Drame, reconstruction, romance.

Tout reprendre au début : drame, éternel recommencement, imagination.

Dis-moi pourquoi : Rencontre, quiproquos, liens familiaux.

Les lettres à Juliette : Voyage, deuil, résilience.

La liberté de nous aimer : correspondance, espoir, liberté.

Tout me ramène à toi : Premier amour, retrouvailles, réflexion.

Quel est ton récit préféré parmi les textes que tu as écrit ? Pourquoi ?

C’est une question à laquelle il m’est difficile de répondre, car j’aime toutes mes histoires, forcément.

Ce lien qui nous unit est particulier à mon cœur, c’est un roman thérapie. J’y ai mis beaucoup de moi-même, donc il me touche énormément.

Mais mes personnages préférés, mes « chouchous », je crois que ça reste Alicia et Jérémie, les principaux personnages de Tout recommencer à zéro et Tout reprendre au début.

Réalisée en juillet 2019

par Virginie du blog Les mots de Virginie :

1.   Présentez-vous en quelques phrases:

Bonjour, je suis Ninon Amey, auteure indépendante, j’ai la trentaine, je suis mariée et maman de deux enfants.

 

2.   Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

À la suite d’une thérapie, j’ai ressenti le besoin de découvrir qui j’étais vraiment. Je me suis tournée naturellement vers l’écriture sans savoir que, quelques mois plus tard, je publierais mes romans et que ça deviendrait mon métier.

 

3.   Avez-vous des rituels pour écrire ?

J’ai besoin de calme, c’est-à-dire qu’on ne me dérange pas sans arrêt, car je veux pouvoir me concentrer. En revanche, j’écris toujours en musique, un casque sur les oreilles.

 

4.   Comment vous vient l’inspiration ?

Ça dépend. Parfois, l’histoire me tombe dessus d’un seul coup (c’est le cas pour La liberté de nous aimer, par exemple) parfois, c’est lors de vacances (C’est le cas pour Les lettres à Juliette, lorsque j’ai visité Vérone) et parfois, petit à petit. Il m’arrive même souvent de faire une pause pendant l’écriture d’un roman lorsque je bloque, et soudain, l’inspiration revient alors je continue à l’écrire.

 

5.   Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à quelqu’un qui rêve d’écrire et d’être publié ?

De ne pas se mettre de barrières, de croire en soi, et de se lancer. Aujourd’hui, grâce à l’autoédition, on n’a plus besoin de passer par une maison d’édition, et on peut vivre de sa plume. Mais il faut aussi s’entourer des bonnes personnes, qui pourront relire son texte, le corriger, et le conseiller… En autoédition particulièrement, il faut faire un travail de professionnel, et être d’autant plus pointilleux, pour être crédible.

 

6.   Quel(s) est (sont) les auteurs qui vous inspirent ou vous ont donné envie d’écrire ?

Le parcours d’Agnès Martin-Lugand m’a montré qu’on peut écrire, se publier, et peut-être, mais pas forcément, être repéré par un éditeur.

 

7.   C’est l’été, alors imaginons que vous vous échouiez sur une île déserte. Quel livre souhaiteriez-vous avoir avec vous ?

Olala, il m’en faudrait toute une valise !!! Ceux d’Agnès Martin-Lugand, ceux de Laure Manel, ceux que je n’ai pas encore lus et qui composent ma PAL monstrueuse. Mais s’il n’en fallait vraiment qu’un : Tatiana, de Paulina Simons.

 

8.   Quels sont vos centres d’intérêt en-dehors de l’écriture ?

J’aime passer du temps avec mes enfants, j’aime le cinéma et la photo.

 

9.   Avez-vous un scoop à nous fournir sur votre manuscrit en cours ou votre prochain roman à sortir ?

Mon nouveau roman est sorti début juillet. Il s’intitule Tout me ramène à toi et parle du premier amour, celui qu’on n’oublie pas.

10. Vous avez quartier libre : écrivez ce que vous voulez !

J’en profite alors pour remercier les chroniqueuses qui lisent les autoédités, mais aussi et surtout les lecteurs qui prennent le temps de laisser un commentaire sur Amazon après leur lecture. C’est très important ! Et c’est vraiment super d’avoir leur retour, je suis toujours très touchée par leurs mots.

Réalisée en juin 2019

par Lisbeth, instagrammeuse @lapagesuivante :

L'interview : 

Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour, je suis mariée, maman de deux enfants, anciennement infirmière, désormais auteure indépendante.

 

D’où te vient cette envie d’écrire ?
J’ai commencé à écrire au cours d’une thérapie. Je me suis rendu compte que ça me faisait du bien, et ça a libéré mon inspiration, mon côté créatif. Depuis, je ne peux plus m’en passer !

 

Comment vient l’inspiration pour écrire un livre ?

Quelque fois, ça vient tout seul, notamment au réveil. Dans ces cas-là, j’ai souvent l’histoire globale en tête d’un seul coup (comme pour La liberté de nous aimer, par exemple). Parfois, ça me vient dans des situations de la vie réelle : une scène à laquelle j’assiste, des vacances (ç’a été le cas pour Les lettres à Juliette), une émission que je regarde, un sujet qui me tient à cœur… Ça varie…

 

Il te faut combien de temps pour écrire un livre ?
Là encore, ça dépend. Parfois, je l’écris en très peu de temps, quelques semaines suffisent, et parfois (le plus souvent), j’ai besoin de le laisser reposer un peu parce que l’inspiration n’est plus là en cours d’écriture, ou il ne me convient pas tel quel. Et soudain, ça revient, je le ressort du tiroir, et je poursuis l’écriture.

 

Comment te sens-tu quand tu as écrit le dernier mot de ton livre ?
Je suis heureuse d’avoir terminé une histoire. Je sais que je vais rester encore un peu avec les personnages lors des relectures et des corrections, donc ça va. C’est un peu plus difficile lorsque je le publie… parce que je le laisse désormais vivre sa vie.

 

Combien de tomes pour l’histoire de Jérémie et Alicia? (Tout reprendre à zéro/Tout reprendre au début)

Il y en aura 3 en tout. Comme le tome 2 n’est pas vraiment une suite j’ai promis aux lecteurs frustrés de leur en écrire une vraie. 

Est ce que le prochain tome est déjà écrit?

Il est en cours d’écriture. Il devrait sortir à la fin de l’année si tout va bien…

 

Penses-tu écrire dans un autre genre ?
Oui, en ce moment je réfléchis à une histoire Fantasy, mais ce ne sera pas pour tout de suite, car dans ce genre-là, il faut tout créer : un monde imaginaire, une langue, une culture, des personnages, etc. C’est un travail de longue haleine.

 

Je sais que tu grande lectrice mais est ce que tu lis tous les genres ?
Absolument pas. Je ne lis pas de thrillers ni de romans érotiques, et je laisse également tout ce qui concerne vampires, sorciers et compagnie… En fait, je n’aime pas les romans noirs, qui font peur… ça ne m’intéresse pas.

 

Combien de livre dans ta PAL ?

Alors, là, bonne question, surtout que j’ai plusieurs PAL : celle de la médiathèque (une centaine), celle de ma liseuse (environ 60 actuellement), et ma PAL papier de la maison : une trentaine (ou plus ? voir la photo)…

 

As-tu un nouveau projet ?
J’ai toujours plusieurs projets en cours :

*Mon prochain roman sortira début juillet.

*J’écris actuellement deux romans (pas en même temps, évidemment)

*J’ai un roman qui attend sa fin.

*J’ai plusieurs idées en tête, qui attendent leur tour.

*Enfin, cette idée de roman Fantasy qui est toujours là.

*Ah oui, et je dois écrire une nouvelle pour un recueil qui regroupera plusieurs auteurs autoédités.

 

As-tu un rituel d’écriture?

Il faut que je sois tranquille (pas dérangée par la famille toutes les 2 min), je me mets un casque avec de la musique… et j’écris… 

As-tu déjà envoyé tes manuscrits à des maisons d’édition ?
Cette question est complexe : J’avais envoyé un manuscrit l’année dernière, qui a été refusé, mais il est désormais en lecture chez 3 autres maisons d’édition (mais ce n’est pas moi qui l’ai envoyé) et pour le moment, je n’en ai pas envoyé d’autre. Je m’interroge…


Animaux ou préféré: J’admire les chats pour leur rapport à la vie, c’est chouette, la vie de chat, non ? Sinon, j’adore les loups 
Passions: L’écriture, la lecture, la photo, le cinéma…
Couleur: aucune en particulier, mais s’il ne faut en choisir qu’une : le bleu canard.
Chanson du moment: Always Remember Us This Way de Lady Gaga

Auteurs préférés: Agnès Martin-Lugand, Alexiane de Lys, Laure Manel, mais aussi beaucoup d’autoédités, par exemple Marjorie Levasseur…
Livre préféré: Tatiana, de Paulina Simons.

Réalisée en avril 2019

par Anne Vallée, professeure documentaliste  

à l'occasion de l'acquisition de mon roman Les lettres à Juliette par un lycée proche de Clermont-Ferrand pour son CDI.

Réalisée en mai 2019

Par Mélodie Ambiehl des Chroniques pressées

Ninon Amey vue par Ninon Amey

 

1. Quel genre d’écrivain es-tu ? En une phrase ou un mot !

Un écrivain romantique, très fleur bleue.

2. Comment te vient l’inspiration ? En une phrase !

Naturellement, les idées débarquent dans ma tête à l’improviste.

3. Pourquoi est-ce que tu écris ? En une phrase ! (On ne triche pas ! Je surveille)

J’écris parce que j’adore ça, mais également parce que ça me fait du bien.

4. À quoi servent tes écrits, à ton avis ? En une phrase, toujours !

J’ose espérer que mes écrits permettent à mes lecteurs de s’échapper de la réalité, de se plonger dans une petite bulle de bonheur durant quelques heures.

5. Pour quel(s) lecteur(s) ? En une phrase, encore !

Principalement pour les lecteurs (lectrices) qui aiment les romances pures.

6. Quel est ton auteur favori (roman, théâtre ou poésie) ?En une phrase et un titre d’oeuvre si tu veux !

Je suis fan d’Agnès Martin-Lugand en littérature générale/romance et Alexiane de Lys pour la fantasy.

7. Quel livre t’a le plus marqué ? En un titre et éventuellement quelques mots du pourquoi !

J’ai eu un coup de cœur pour Entre mes mains le bonheur se faufile d’Agnès Martin-Lugand, je ne sais pas vraiment pourquoi, mais il a fait écho en moi, et m’a peut-être/sans doute permis de comprendre que je pouvais me lancer dans l’écriture, moi aussi, MAIS ( et c’est toujours la même phrase) tes questions arrivent au moment où j’ai découvert il y a peu Le secret de Lomé, de la fantasy, qui m’a marquée car c’est la première fois que je lisais une histoire qui se passait dans un autre monde, et j’ai adoré ça !

(J’accepte la coordination, ça passe : bien joué  xD) 

8. Quel est ton personnage préféré tout texte confondu ?Présente-le en une phrase et quelques mots !

Ah, je ne peux que répondre Tatiana (roman éponyme de Paulina Simons), une jeune femme Russe, courageuse, amoureuse, qui m’a fait rêver il y a des années et depuis, ce livre reste mon préféré parmi tous.

(Je ne peux pas commenter, je ne l’ai pas lu ! xD Alors je me tais voilà !)

9. Quel est le mythe que tu préfères ? En une phrase !

Je suis assez attirée par les sirènes et les dragons, bien qu’ils appartiennent à des mondes bien différents, pour la simple et bonne raison qu’ils me font rêver et que mon imagination démarre au quart de tour lorsque j’y pense.

10. Complète ce début de citation d’Apollinaire : « Il est grand temps de rallumer… » En quelques mots ou une phrase, au choix !

« Il est grand temps de rallumer » le bonheur et l’espoir, on souffre assez dans ce bas monde pour ne pas oser faire ce qui nous rend heureux ! 

11. Quelle est ta citation de cœur (qui t’a marquée, qui te définit ou qui te guide pour écrire ?) Là ça peut dépasser une phrase, la faute à l’auteur cité !

« Deviens qui tu es, quand tu l’auras appris » 

de Pindare.

(J’adore ! Merci pour cette belle citation !)

Le titre La liberté de nous aimer vu par Ninon Amey

1. Pourquoi ce titre ? En une phrase, on continue !

Parce que l’un des personnages est en prison et que les deux protagonistes n’ont pas le droit de tomber amoureux l’un de l’autre.

2. Que t’inspire-t-il, à toi ? En une phrase, courage !

Il m’inspire l’espoir, que l’amour peut être plus fort que tout.

3. Qu’aimes-tu dans ce titre ? En une phrase !

La notion de liberté, de choix, d’aimer…

4. Quel lien avec ce que tu racontes ? En une phrase et sans trop en dire bien sûr !

C’est un roman épistolaire, il y a donc échange de courrier entre les protagonistes, et ils vont devoir surmonter plusieurs obstacles pour se retrouver libres de faire des choix.

5. Si tu devais résumer ton livre en une seule ligne d’horizon à l’image de mes EN UNE LIGNE, que dirais-tu ?

La liberté de nous aimer : Un échange de courriers amicaux déviant peu à peu vers d’autres sentiments.

Les personnages de La liberté de nous aimer vus par Ninon Amey

 

1. Les prénoms de tes personnages ont-ils une importance ? En une phrase, toujours !

Dans ce roman, oui, surtout ceux des deux héros.

2. En quoi ? Une phrase, pas plus !

Ils portent des prénoms bibliques.

3. Font-ils passer un message ? Si tu as besoin de rajouter quelque chose à la question précédente, mets-le ici !

Non, pas spécialement, mais ça me permet d’avoir une petite anecdote supplémentaire à glisser dans mon roman (David et Abigaïl, dans la Bible, se sont finalement mariés, après un événement compliqué).

(J’adore ce petit détail !)

4. Qu’est-ce qu’un prénom représente pour toi ? Ton avis personnel en une phrase !

Il représente mon personnage, son caractère, et parfois son physique, ce qui permet de s’y retrouver rien qu’en le citant (en tout cas pour moi en tant qu’auteure, et j’espère aussi pour mes lecteurs). 

 
5. Quel est le personnage de ton roman que tu préfères ? Son nom et une petite présentation de lui en une phrase !

J’aime bien Abigaïl, une jeune fille douce, qui trouve que sa vie est banale, monotone.

 
6. Pourquoi ? Ton explication en une phrase !

Parce qu’au fur et à mesure, son personnage va évoluer et elle sera une jeune femme épanouie à la fin du roman, malgré les difficultés qu’elle rencontre.

7. Celui qui te ressemble ou t’a ressemblé ? En une phrase !

Abigaïl et David ont tous les deux des petits morceaux de moi, comme la plupart de mes personnages principaux, je crois.

8. Le personnage que tu aimes le moins de ton roman, s’il y en a un ? En une phrase, on n’oublie pas !

Aymeric, qui est un pervers narcissique et fait beaucoup souffrir certains personnages.

 
9. À quel personnage de ton roman, selon toi, faudrait-il ressembler ? En une phrase !

À David, très gentil, sensible, sincère, doux, tendre, patient.

10. À quel personnage ne faudrait-il surtout pas ressembler ? En une phrase !

À Aymeric, forcément, ce manipulateur !

11. Comment as-tu fait naître tes personnages ? En une phrase, oui c’est dur, je sais !

Les personnages et leurs caractères sont nés au fur et à mesure de l’écriture, car, puisqu’il s’agit d’un roman épistolaire, j’en apprenais un peu plus sur eux à chaque lettre ou email qu’ils échangeaient 

 
12. Quel personnage de ton histoire, pour toi, sera inoubliable ? En une phrase !

J’espère que le duo Abigaïl et David restera dans les mémoires.

L’intrigue de La liberté de nous aimer vue par Ninon Amey

 

1. Est-ce que cette histoire est tirée de choses que tu as vécue ? En une phrase, si possible !

Non, pas du tout (oserais-je ajouter « heureusement » ?).

2. As-tu imaginé la fin de l’histoire avant d’avoir le début ? En une phrase !

Non plus, toute l’histoire s’est écrite au fur et à mesure des échanges épistolaires.

3. Est-ce que l’histoire actuelle est similaire à tes premières idées en écrivant le texte ? En une phrase !

Oui, car je n’avais pas d’idées vraiment précises en commençant ce roman, je savais juste que ce serait un échange épistolaire, donc l’histoire s’est presque écrite toute seule.

4. Est-ce que tu aimes ta fin ? Explique-nous en une phrase sans trop en dire !

Oui, j’adore ma fin, car je pense qu’elle encourage à l’espoir.

5. Que faut-il retenir de ton histoire ? En une phrase, c’est important !

Que c’est une histoire qui pourrait être réelle.

6. Quel message as-tu voulu faire passer ? En une phrase, ça continue !

Que personne ne doit nous dicter les choix que l’on doit faire, surtout en ce qui concerne les sentiments.

 

Le mot de la fin de Ninon Amey

Pourquoi devrait-on lire ton roman ? 

Parce que c’est un roman original, sensible, qui permettra aux lecteurs de s’échapper de la réalité durant quelques heures. 

Que dirais-tu pour nous le faire ouvrir et lire ?

Que si vous aimez la romance, si vous connaissez mes écrits (ou pas), il suffit de le commencer pour ne plus avoir envie de le quitter sans connaître le dénouement. 

(Merci d’avoir répondu à mes questions Ninon !)

Réalisée en mai 2019 (à l'occasion de la sortie de La liberté de nous aimer)

par Gabrielle du blog La lectrice compulsive :

Comment t’es venue l’idée de ce roman épistolaire ? 

En premier lieu, j’adore lire des romans épistolaires, alors j’avais envie de me lancer dans ce nouveau projet… En plus, j’habite non loin d’une prison, et je sais qu’il y a des associations qui s’occupent justement de faire correspondre des gens avec des détenus (le courrier de Bovet, par exemple). Un matin, au réveil, cette idée est apparue dans ma tête. Et voilà le résultat.

As-tu eu un(e) correspondant(e) ? 

Non, je n’ai pas eu de correspondants étrangers à proprement parlé. En revanche, j’ai énormément correspondu avec un ami pendant des années et ensuite avec une amie lorsqu’elle a déménagé pour son travail. Toujours avec des lettres manuscrites, et j’adorais ça. C’était avant l’essor des mails et de tous ces sms. Je trouve ça un peu dommage, quelque part, ça me manque… Mais ça prend énormément de temps, il faut l’avouer, et on cherche tous à en gagner. Un mail, c’est rapide et gratuit… 

Abigail est super attachante. Comme elle, aurais-tu pu tomber amoureuse d’un correspondant ? 

D’un correspondant… certainement. Je crois que c’est possible. Je connais d’ailleurs un couple marié depuis plus de 50 ans qui se sont fréquentés uniquement par courrier (lui était à la guerre à l’époque, et il n’y avait pas internet ^^). Je trouve ça super romantique, et je pense qu’effectivement, on peut vraiment apprendre à connaître quelqu’un et tomber amoureux de cette personne en lui écrivant. D’ailleurs, dans l’association Le courrier de Bovet, il est stipulé que les correspondants ne doivent pas tomber amoureux (comme dans mon livre) mais forcément, ça arrive et il y a quelques anecdotes sur le net.

As-tu fait des recherches pour si bien décrire l’univers carcéral ? 

Oui, j’ai lu deux livres qui parlaient de l’univers carcéral et visionné quelques reportages. Ça m’a fait froid dans le dos… 

À qui as-tu écrit ta dernière lettre ? 

La dernière lettre manuscrite, je ne sais pas trop, mais j’ai écrit des cartes à mon neveu et ma nièce il y a quelques semaines. J’aime bien écrire des cartes. On peut les garder et les relire. 

Ah, si, ma dernière lettre, même si elle est numérique, a été écrite la semaine dernière à tous ceux qui sont abonnés à ma newsletter sur mon site auteur (ninonamey.com). Je leur écris régulièrement pour leur annoncer les scoops en avant-première. À bon entendeur… 

De quelle personne célèbre aimerais-tu recevoir une lettre ? 

Euh… alors, je ne suis pas vraiment dans la « fan-attitude » (j’estime que tout le monde est un simple humain, avec tout le respect qui lui est dû, évidemment, mais je ne comprends pas cette fascination pour la célébrité…)  mais il est vrai que ce qui me ferait plaisir, c’est qu’un cinéaste m’écrive pour me proposer une adaptation audiovisuelle de mes romans. 

Mais si une « grande » auteure comme Agnès Martin-Lugand (dont j’adore les romans) m’écrivait pour me dire qu’elle aime aussi les miens, je serais folle de joie ! 

(Je tiens à préciser que certains auteurs que j’adore aiment lire mes romans et j’en suis plus que ravie, mais je voulais juste répondre à la question, en espérant ne vexer personne  )

Si tu devais te présenter à un(e) futur(e) lecteur/lectrice dans une lettre, que dirais-tu de toi ? 

Cher lecteur, chère lectrice, je suis une femme normale, comme vous et comme la plupart des personnes autour de vous, avec ses (nombreux) défauts, ses complexes et ses qualités (oui, quand même quelques-unes ^^). 

Je suis mariée, mère de famille, et j’ai de nombreuses activités qui occupent bien mes journées. 

Depuis quelques mois, j’ai une santé compliquée, mais qui me permet néanmoins de poursuivre ce métier, qui me plaît tant. Certains aléas de la vie m’ont parfois fait prendre des directions différentes, mais aujourd’hui, je suis heureuse d’être là où je suis. On dit que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, je le crois aussi. 

Je ne cherche ni la gloire, ni la richesse (sans quoi, je serais bien déçue ) et sais me contenter de ce que j’ai (je crois que c’est ça, le bonheur, non ?). 

L’amour, la famille et l’amitié sont des valeurs importantes pour moi, et si vous lisez mes romans, vous l’avez certainement remarqué. 

Voilà… si vous voulez en savoir plus, il faudra me poser des questions un peu plus précises  !

 

Je te donne la possibilité d’écrire une lettre à tes lecteurs et lectrices : 

Mes chers lecteurs, mes chères lectrices,

Je voudrais vous remercier de votre soutien et de votre fidélité. S’il y a bien une chose dont je suis consciente, c’est que sans lecteurs, un auteur n’est rien. C’est vous qui me permettez de continuer à écrire chaque jour. Vos retours, vos commentaires et vos encouragements me touchent énormément et je suis heureuse de vous émouvoir avec mes histoires. Je vous remercie également de m’avoir fait confiance, en tant qu’auteure autoéditée. Vous le savez, pour que mes romans puissent vivre et toucher d’autres lecteurs, j’ai besoin de vous. Vous m’aidez (peut-être sans le savoir), lorsque vous laissez un commentaire sur Amazon après votre lecture, mais aussi lorsque vous parlez de moi autour de vous et sur les réseaux sociaux.

Alors, vraiment, je tiens à vous adresser un grand MERCI ! 

Ninon.

Réalisée en avril 2019

Par Joelle Marchal de Les lectures de cerise 94

Peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

Avec plaisir. J’ai 34 ans, je suis mariée, maman de 2 enfants, et auteure indépendante.

 Que représente pour toi l'écriture ?

 L’écriture m’a permis de trouver un équilibre dans ma vie. Depuis deux ans, elle a une place importante dans ma vie. Sans mentir, je ne pourrais plus m’en passer. Écrire me permet de m’évader, de donner libre cours à mon imagination et j’aime énormément cette facette de ma vie. 

Peux-tu nous parler de tes 6 romans et en particulier de ton petit dernier : « Les lettres à Juliette » ?

 Bien sûr, avec plaisir.

L’empreinte du passé est une double romance, une histoire actuelle, durant laquelle un secret de famille est révélé, entrainant Camille, l’héroïne, à la découverte de l’une de ses aïeules, via le journal intime de celle-ci. J’ai volontairement voulu aborder la notion de répétitions familiales inconscientes. C’est une fiction librement inspirée d’un fait divers réel. 

 

Ce lien qui nous unit est un roman qui emmène le lecteur sur les traces de quatre femmes n’ayant pas de liens entre elles, au premier abord. Il est principalement question d’un secret de famille, qui, lorsqu’il est découvert, va perturber l’équilibre de plusieurs personnes, et notamment de ces femmes. 

 

Tout recommencer à zéro est une romance contemporaine qui aborde des thèmes comme le deuil, la résilience, les secondes chances, l’influence de l’entourage... 

 

Tout reprendre au début est une suite un peu spéciale de ce dernier, puisque les protagonistes imaginent trois histoires alternatives (Et si… ?) 

 

Dis-moi pourquoi est une romance contemporaine qui aborde certains sujets actuels (l’alcoolisme, la violence conjugale, les agressions sexuelles…).

 

Enfin, mon dernier roman Les lettres à Juliette est une romance contemporaine également. L’histoire m’est venue pendant mes vacances d’été, l’an passé, en visitant Vérone. 

Le lecteur découvre Nina, une jeune fille blessée par la vie, qui n’a plus envie de vivre, mais décide tout de même de partir à Vérone, pour écrire une lettre d’adieu à Juliette, son héroïne. Elle ne sait pas encore que les rencontres qu’elle va faire durant ce voyage vont changer sa vie à jamais. Un roman qui aborde des thèmes tels que le mal être des adolescents, la maladie, le suicide, le deuil, l’espoir…

Je crois savoir que tu as reçu le 3ème prix au concours de romans sur les faits divers, organisé par Librinova en 2017, pour « L'Empreinte du passé ». Peux-tu nous raconter comment tu as vécu cette aventure ?

Pour être honnête, j’ai été très surprise d’obtenir ce 3èmeprix, mais ravie, bien entendu. Tout s’est enchaîné rapidement : la publication via Librinova, les premiers retours des lecteurs, plus que positifs, qui m’ont donné le courage de publier d’autres romans via Amazon les mois suivants. Je suis désormais autoentrepreneuse, je vis de ma plume. C’est la preuve qu’il suffit parfois d’un simple évènement pour bouleverser toute une vie. Et l’aventure n’est pas finie, puisque « L’empreinte du passé » fait désormais partie du programme Agent Littéraire de Librinova, ce qui signifie que le manuscrit est actuellement proposé à des maisons d’édition. À suivre, donc. 

 

As-tu d'autres projets d'écriture et souhaites-tu nous en parler ?

 (sourire) J’ai toujours plusieurs projets en cours. Mon cerveau n’arrête jamais ! Plusieurs sorties sont prévues cette année, notamment La liberté de nous aimer, un roman épistolaire, qui sort très prochainement. 

Le tome 3 de Tout recommencer à zéro paraîtra également cette année. J’ai des idées de romans jusque fin 2020 au moins. On verra si je réussis à tout écrire…

Comment procèdes-tu pour créer les protagonistes de tes ouvrages et connais-tu, lorsque tu commences à écrire, la fin de l'histoire ou est-ce que tu improvises au fil des mots ?

En général, l’histoire s’impose d’elle-même dans mon esprit. Les personnages s’installent dans ma tête pour ne plus en sortir, tant que l’histoire n’est pas écrite (voire publiée). À ce moment-là, je ne connais pas encore tous les détails les concernant (prénom, personnalité, vécu…) mais ça vient progressivement. Pour la trame de l’histoire, c’est pareil, souvent je connais le début, la fin, quelques évènements qui auront lieu, mais souvent, c’est en cours d’écriture que les idées me viennent. Parfois, mon cerveau (mon inconscient ?) me surprend moi-même, il me fait écrire des choses auxquelles je n’avais même pas pensé… C’est la magie de l’écriture. 

 

Tous tes ouvrages sont des romances contemporaines ayant pour thèmes : le deuil, la résilience, les secrets de famille, l'amour, l'amitié. Pourquoi ce choix ?

Je ne sais pas vraiment... L’amour, l’amitié, la famille sont des valeurs précieuses à mes yeux. Le deuil et la résilience sont également des notions importantes pour moi. C’est une évidence d’en parler dans mes histoires, ces thèmes s’imposent d’eux-mêmes, en réalité. 

As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement ?

Alors, au départ, j’aurais dit non, mais attention, SCOOP pour vous ce soir, je fais un salon fin octobre. J’en parlerai un peu plus en temps et en heure. J’espère que des lecteurs viendront jusqu’à moi.

 

A qui confies-tu tes manuscrits (membre de ta famille, bêta-lecteur) ?

Une fois terminés, mes manuscrits sont confiés à ma super équipe de bêtas-lecteurs. Ils repèrent les incohérences, valident ou non l’histoire, me la font retravailler. En dernier, le manuscrit passe entre les mains de ma correctrice.

Comment as-tu procédé pour faire publier tes ouvrages ?

Je suis autoéditée. Mon premier roman a été publié par Librinova, à la suite du concours. Pour les autres, j’ai choisi la plateforme KDP Amazon, donc je fais tout toute seule : la couverture, la mise en page papier et numérique, etc… J’ai tout appris sur le tas, grâce à de gentils collègues auteurs toujours disposés à répondre à mes (nombreuses) questions. 

 

Que ressens-tu lorsque tu écris le mot FIN ?

Je suis heureuse d’être arrivée à la fin d’une histoire. En réalité, le mot FIN ne signifie pas que le travail est fini, bien au contraire ! Je sais que je vais passer encore beaucoup de temps avec mes personnages, donc ça va, j’en profite. Je ne ressens que de la joie.

Ce n’est qu’au moment où le roman est publié que j’ai l’impression de dire au revoir à mes personnages et à mon histoire. Ils vont désormais vivre dans d’autres imaginaires que le mien, ils ne m’appartiennent plus vraiment. C’est presque ça, le plus difficile, pour moi. Mais d’un autre côté, ça libère mon esprit pour d’autres histoires ! 

 

Quels sont les bons et les mauvais côtés du métier d'auteure ?

Les bons côtés, surtout en tant qu’autoédités, c’est qu’on peut écrire ce qu’on veut, et publier quand on veut. On est assez libres, le seul risque, c’est que ça ne plaise pas aux lecteurs, évidemment. 

On peut également écrire où et quand on veut, personne ne nous mets la pression, c’est chouette. 

Les mauvais côtés, pour moi, ce sont les commentaires négatifs. Je suis bien consciente qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, c’est normal, mais certains retours sont vraiment très méchants. C’est dommage. 

 

En dehors de l'écriture quelles sont tes passions ?

Ma plus grande passion est la lecture. J’ai toujours un livre avec moi et il ne se passe pas un jour sans que je lise au moins quelques (centaines de) pages. J’aime également le cinéma, et, depuis peu, je m’essaie à la photographie. 

Quelle est ta musique préférée et écris-tu en musique ?

Absolument, j’écris toujours en musique. Je n’écoute pas les mêmes chansons, j’adapte selon le roman, ou l’émotion recherchée pour écrire un passage particulier. 

En dehors de l’écriture, je n’ai pas de musique préférée, ça dépend vraiment de mon humeur du jour. J’ai des goûts très éclectiques. 

Quel livre aurais-tu aimé écrire ?

J’aime beaucoup de livres, mais sans pour autant avoir voulu les écrire. Chacun sa plume. J’écris les miens, c’est déjà bien suffisant. 

Cela dit, en février, j’ai découvert la fantasy avec la trilogie Les ailes d’émeraude d’Alexiane de Lys, et j’ai adoré. Alors, peut-être qu’un jour je me lancerai à mon tour dans ce genre, mais pour le moment, ce n’est pas gagné !

Peux-tu nous donner une citation qui t'inspire ?

« Deviens qui tu es, quand tu l’auras appris » de Pindare.

J’aime cette citation car je trouve que d’une part parce elle nous encourage à sauter le pas, à faire des choses qui nous correspondent vraiment, à ne pas avoir peur, mais également à ne pas se comparer aux autres. Chacun est différent, c’est ce qui fait la richesse de ce monde, pas la peine d’être jaloux ou de vouloir ressembler à quelqu’un. On est déjà quelqu’un en soi. Se satisfaire de qui on est est important. 

Si tu étais : une fleur, une couleur, un animal : tu serais ?

Si j’étais une fleur, je serais un œillet blanc, si j’étais une couleur, du bleu, et si j’étais un animal, je serais un chat. 

As-tu autre chose d'autre à ajouter ?

Je voudrais remercier les chroniqueurs et les lecteurs qui lisent des autoédités, qui comprennent l’importance de laisser des avis sur les plateformes et de parler de nos romans. Sans vous, nos romans n’auraient aucune chance dans toute la masse publiée chaque année, ils ont besoin de vous pour exister. Alors merci à tous ceux qui partagent, qui en parlent autour d’eux, qui font notre promo. MERCI !

Et merci, Joelle, pour cette belle interview. 

 

Merci Ninon pour cet agréable moment passé en ta compagnie, ta disponibilité et ta gentillesse.

Ninon, qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ? 

J’ai commencé à écrire au cours d’une thérapie. J’avais besoin d’évacuer certaines émotions, ça c’est fait par l’écriture. C’est venu comme ça. Depuis, je ne m’arrête plus…

Qu’est-ce qui vous a donné le déclic ? 

Le déclic s’est donc fait tout seul. Au départ, je ne pensais pas publier. Puis, j’ai fait un concours de romans et j’ai obtenu le 3ème prix, donc mon livre a été publié en autoédition. Au vu des retours des lecteurs, j’ai décidé de continuer. Désormais, c’est mon travail.

Quel livre a marqué votre enfance ou adolescence ? 

J’ai toujours énormément lu, donc en choisir un serait trop difficile. Je faisais la collection des Martine, j’ai adoré Le club des cinq, et j’ai lu tous les Comtesse de Ségur, aussi. 

 

Quel livre n’avez-vous jamais réussi à terminer ? 

Dieu est un pote à moi, de Cyril Massarotto. Ses livres, je n’y arrive pas, je ne sais pas pourquoi. Ah, et aussi On dirait nous, de Didier Van Cauwelaert que j’ai trouvé trop vulgaire. 

 

Avez-vous des passions en dehors de la lecture ? 

J’aime aussi la photographie. Depuis quelques mois, j’essaie de m’y mettre un peu. Mais la lecture et l’écriture prennent déjà énormément de temps. 

 

Avez-vous des rituels d’écriture ? 

Oui, je me mets dans ma bulle, avec ma musique sur les oreilles et ma tasse d’eau chaude à côté de moi. (j’ai réussi à me passer de chocolat, y’a du progrès !)

 

Parmi vos livres y a-t-il un personnage qui vous ressemble plus qu’un autre ? 

Je crois que toutes mes héroïnes ont un petit quelque chose de moi. Mais celle qui me ressemble le plus, c’est Hannah, de Ce lien qui nous unit.  

 

Quel est le plus beau compliment qu’on a pu vous faire ? 

Je suis très sensible à tous les compliments venant des lecteurs qui ont apprécié mes romans. Je suis incapable d’en choisir seulement un. Mais savoir que j’arrive à faire passer des émotions dans mes histoires, ça me touche beaucoup !

 

Est-ce que ça vous tenterait d’écrire un livre dans un style différent ? 

Un style ou un genre ? Mon prochain roman, qui sort dans peu de temps, est une romance mais dans un style différent puisqu’il s’agit d’un roman épistolaire. Mais changer de genre, oui, j’y pense en ce moment. J’aimerais écrire une histoire fantasy. Ce n’est pas pour tout de suite, car j’ai plusieurs livres à terminer et publier avant, mais c’est un projet. 

 

Avez-vous d’autres projets en cours ? 

Oh là là, oui, bien trop je crois ! J’ai un livre qui sort début mai, un autre en juillet. J’écris actuellement le tome 3 d’Alicia et Jérémie, qui sortira à l’automne, une novella peut-être en hiver, et j’ai encore la fin d’un roman à terminer pour début 2020. Après ça, je ferai le point !  Enfin, je dis ça, mais j’ai des tas d’autres idées et d’ici là j’aurai certainement déjà écrit de nouvelles histoires… Mon cerveau ne s’arrête jamais !

par Gabrielle du blog La lectrice compulsive :

Réalisée en avril 2019

Réalisée en janvier 2019

par la famille Taupes-Model

Tout d'abord, merci d'avoir accepté de répondre à nos questions. 

MERCI À VOUS !

1.    Comment vous présenteriez-vous aux lecteurs ? 

Bonjour. J’ai la trentaine, je suis mariée et maman de deux enfants. J’ai la chance d’être auteure à temps complet depuis l’année dernière. 

2.    Quel message voudriez-vous transmettre aux lecteurs ? 

À travers mes livres, je cherche surtout à ce que le lecteur s’échappe de la réalité pendant quelques heures. J’écris toujours des fictions, et principalement des romances, donc quand les lecteurs me disent qu’ils ont versé une larme (ou plusieurs) et qu’ils finissent avec le sourire aux lèvres, je crois que j’ai atteint mon objectif. 

Je voudrais surtout les remercier de me lire et de laisser des commentaires pour inciter d’autres lecteurs à découvrir mes romans. MERCI ! 

3.    Pourriez-vous nous raconter comment vous avez commencé à écrire ?

J’ai commencé à écrire un peu par hasard, juste pour moi. Et puis, les choses se sont accélérées lorsque j’ai obtenu le 2ème prix à un prestigieux concours de nouvelles, puis le 3ème prix à un concours de romans.  

 

4.    Que représente l'écriture pour vous ?

L’écriture m’a permis de trouver un équilibre dans ma vie. Je ne pourrais plus m’en passer !  

 

5.    D’où vient votre inspiration ? Comment vivez-vous vos écrits, vous imprégnez-vous d’eux ?

L’inspiration me vient parfois en vacances, parfois au réveil, ou à tout moment de la journée, ça dépend… 

Il arrive que j’aie toutes les idées d’un coup, alors que parfois, elles arrivent au fil des semaines ou des mois… C’est vraiment très variable. Mais oui, je m’imprègne des idées et des personnages avant de commencer à écrire. 

6.    Pour vos personnages vous inspirez vous de votre entourage ? Parlez-vous à vos personnages ?

Non, je ne m’inspire pas de mon entourage, et je ne parle pas à mes personnages. Cela dit, si mes amis me mettent au défi d’intégrer une anecdote dans l’un de mes livres, je le fais ! C’est arrivé plusieurs fois, comme un petit clin d’œil entre nous.

En revanche, je m’inspire parfois de ma propre vie et de ma personnalité. Il y a un peu de moi dans chaque roman. 

 

7.    Que voulez-vous transmettre à travers vos livres ?

Je veux seulement que les lecteurs passent un bon moment. Mais je crois que dans tous mes romans, il y a un message : quoi qu’il puisse arriver dans la vie, on peut toujours se relever. 

 

8.    Dans quelles conditions écrivez-vous ? Avez-vous des rituels ?

J’ai besoin d’être dans mon petit cocon. Je me coupe du bruit extérieur en écoutant de la musique. J’ai toujours une tasse de tisane à portée de mains, et parfois quelques carreaux de chocolat !

 

9.    Avez-vous un lieu privilégié pour vous écrire ? 

J’écris le plus souvent dans ma chambre. 

 

10.A quoi ressemble une journée type d'écriture pour vous ?

Je n’ai pas de journée type. Étant maman, ça dépend aussi de mes enfants, de ma famille, de mes obligations. Je me réserve du temps pour écrire lorsqu’ils sont tous à l’école ou au travail. J’ai l’impression que je suis plus performante l’après-midi. 

 

11.Quand avez-vous écrit votre premier livre ? 

Paradoxalement, mon premier livre écrit n’est pas celui qui a été publié en premier. Je crois que j’ai commencé à écrire il y a 3 ou 4 ans. 

 

12.Combien de temps mettez-vous pour écrire un livre ? 

Ça dépend de l’inspiration. J’ai écrit des romans en deux mois. D’autres sont débutés, puis laissés de côté et repris des mois plus tard. 

 

13.Quel est votre parcours au niveau littéraire ? 

J’ai commencé à faire des concours de nouvelles il y a deux ans, pour tester un peu ma plume et connaître l’avis des lecteurs et des jurys. 

J’ai ensuite participé à un concours de romans organisé par Librinova en 2017 et obtenu le 3èmeprix, ce qui a fait que ce roman a été publié en auto-édition et a donné le coup d’envoi pour la publication de tous les suivants. 

Pour le moment, je suis auteure indépendante, auto-éditée, et fière de l’être. On verra ce que l’avenir me réserve ! 

 

14.Qu’éprouvez-vous avant la sortie d'un roman ? 

Mon ressenti est très paradoxal également. D’un côté, je stresse, car on ne sait jamais quel accueil il va recevoir, mais d’un autre, je suis contente, car j’ai besoin de publier un roman pour le sortir de ma tête, et être libre pour l’écriture du suivant. 

 

15.Êtes-vous sensible à la critique littéraire ? Si oui en tenez-vous compte pour la suite ?

J’appréhende toujours l’avis des bloggeuses et chroniqueuses, mais j’ai la chance jusqu’ici d’être tombée sur des lectrices bienveillantes, qui donnent toujours un avis constructif (même si négatif)

L’avis des lecteurs est parfois un peu plus méchant, et c’est vrai que c’est blessant, quelquefois. 

Écrire un livre représente beaucoup de travail, et en auto-édition nous devons tout faire tout seul. Je suis consciente qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, et que tous les goûts sont dans la nature, heureusement d’ailleurs, mais je pense qu’on peut donner son avis de manière constructive, sans dénigrer l’auteur. Heureusement, c’est le cas pour la plupart des retours que j’ai et je remercie tous ceux qui prennent le temps de le faire. 

 

16.Pourquoi êtes-vous devenu auteur ? 

Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais aujourd’hui, je sais que je suis heureuse de l’être, j’étais certainement faite pour ça. 

 

17.Avez-vous suivi des cours spécifiques pour cela ? 

Non. Je suis autodidacte. 

 

18.Que pensent vos proches de vos écrits ? 

Pour être honnête, très peu de personnes de mon entourage savent que j’écris. Mais ceux qui sont dans la confidence sont très encourageants et très positifs. 

 

19.Comment votre entourage réagi à votre métier d'auteur ? 

Cf question précédente. 

 

20.Exercez-vous une profession en parallèle de l'écriture ?

Non, j’ai la chance aujourd’hui de vivre de ma plume. 

 

21.Quel est votre univers ? 

J’écris des romans contemporains, principalement des romances, mais pas que… Il faut dire que j’adore les belles histoires d’amour ! 

 

22.Pouvez-vous faire une liste de vos écrits et nous en parler brièvement ?

  • L’empreinte du passé : C’est une fiction romancée inspirée par un fait réel. Il a obtenu le 3èmeprix au concours Librinova en 2017.

 

  • Ce lien qui nous unit : Dans ce roman, il est question de 4 femmes, de 4 générations, et d’un secret de famille qui va bouleverser leurs vies. 

 

  • Tout recommencer à zéro :Une romance contemporaine qui aborde le thème du deuil, mais qui parle surtout de résilience. 

 

  • Tout reprendre au début :le tome 2 de Tout recommencer à zéro. Il s’agit en réalité d’une revisite de l’histoire avec 3 versions « Et si… » possibles. 

 

  • Dis-moi pourquoi : Une romance contemporaine parfaite pour l’hiver avec des personnages qui doivent faire la paix avec leur passé pour aller de l’avant. Ce roman aborde des thèmes comme l’alcoolisme, les agressions sexuelles… La résilience est bien entendu au centre. 

 

  • Les lettres à Juliette :Une romance contemporaine qui emmène le lecteur en voyage sous le soleil Italien. Il aborde les thèmes comme le suicide, le deuil, la maladie. Toujours avec la résilience en thème central, les personnages doivent surmonter des situations critiques pour trouver un sens à leur vie. 

 

23.Vos histoires ont elles un lien commun ? Si oui lequel ? 

Pas spécialement. Il y a toujours de belles histoires d’amour, mais je crois que je valorise beaucoup l’amitié et les liens familiaux également. La résilience est toujours le thème central. 

 

24.Est-ce que le métier d'auteur est difficile ainsi qu’être publié ? 

Être publié en maison d’édition, oui, je pense que c’est difficile, il y a tellement de manuscrits... 

En auto-édition, le plus difficile est de se faire connaître, de percer parmi les milliers d’auteurs… 

27.Avez-vous un auteur de référence ? Si oui vous en êtes-vous inspiré ? 

Je crois qu’Agnès Martin-Lugand est un modèle. Déjà, j’adore ses romans, mais elle est aussi la preuve qu’on peut commencer par l’auto-édition et qu’on peut finalement être publié par une maison d’édition. Son parcours nous montre que tout est possible ! 

Il n’y a pas qu’elle d’ailleurs, qui a réussi à percer après avoir commencé en auto-édition. Ça fait plaisir. 

 

28.Avez-vous un projet en cours si oui pouvez-vous nous en parler ? 

En réalité, j’ai toujours plusieurs projets en cours. Je peaufine actuellement un roman qui sortira dans quelques mois, sans doute en mai. Avec celui-ci, je prends un risque, car si je ne change pas de genre (la romance) je change de style. On verra bien…

Sinon d’autres romans sont en projets pour 2019, notamment le Tome 3 de Tout recommencer à zéro. 

 

29.Quel est votre dernier ouvrage ?

Mon roman Les lettres à Juliette sort le 9 février. (cf question 22)

 

30.Quel est pour vous le top 5 des meilleurs livres ou auteurs ? 

Je suis bien incapable de faire un top 5 car je lis des centaines de livres par an. Mon préféré reste Tatiana de Paulina Simons, j’ai aussi eu un énorme coup de cœur pour Entre mes mains le bonheur se faufile, d’Agnès Martin-Lugand. 

Après, il y a tellement d’auteurs que j’adore que je ne peux pas les citer tous. Mais dans mes favoris : Marc Lévi, Agnès Martin-Lugand, Laure Manel, Marjorie Levasseur, et Charlie Wat, ma découverte de l’année (pour l’instant ;-) )… 

 

31.Connaissez-vous le syndrome de la page blanche ? Si oui, expliquez comment vous dépassez cela. 

La page blanche, pas vraiment. Le manque d’inspiration, oui. Il arrive souvent que je mette un manuscrit de côté quand je bloque. Je continue d’y penser de temps en temps, mais je laisse mon cerveau travailler et j’ai confiance qu’un jour ou l’autre, l’inspiration reviendra. Ç’a été le cas avec Dis-moi pourquoi, sorti en novembre dernier, et c’est le cas pour deux romans en stand-by pour l’instant. Ce n’est pas grave, je travaille sur d’autres manuscrits en attendant. 

 

32.Laquelle de vos œuvres préférez-vous ? 

Cette question est vraiment trop difficile ! J’aime tous mes romans, tous mes personnages, alors n’en choisir qu’un… Bon, je crois que je dirais Ce lien qui nous unit, car c’est un roman un peu spécial pour moi. 

Encore merci à vous 

MERCI À VOUS AUSSI !

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Icône YouTube

©Ninon Amey 2019 – Tous droits réservés.