Devient-on plus fragile en devenant auteur ?

L’autre jour, je plaisantais avec une collègue en disant que lorsqu'on devient auteur, on devient maniaco-dépressif par la même occasion. C’est pour rire, bien sûr, mais suis-je si loin de la réalité ?


C’est vrai, quand on se lance, qu’on publie son premier roman (ou tous les suivants, d’ailleurs), on a peur. Peur de quoi, me demandez-vous peut-être ? Si vous vous posez cette question, c’est que vous n’êtes pas auteur… 😉


En effet, les auteurs se mettent « à nu » lorsqu’ils publient une nouvelle histoire. Parce que cette fois, ça devient concret, ce nouveau roman va être lu par des inconnus, des anonymes. D’où une multitudes de questions : vont-ils l’acheter ? Le lire ? L’aimer ? Le détester ?

Les jours de sortie sont source de stress. Vraiment. C’est épuisant. Après coup, on est totalement vidés.


Il y a ensuite les ventes. Elles ne sont pas toujours régulières. Parfois, d’un roman à l’autre il y a une grande différence. Et dans ce cas, c’est reparti : pourquoi celui-là ne marche-t-il pas autant que le précédent ? Qu’est-ce qui ne plaît pas ? La couverture est-elle attractive ? Les lecteurs se lassent-ils de mes romans ?


Et puis, enfin, il y a les commentaires. Et là, c’est le drame parfois.😭

Parce que oui, il y a les commentaires super positifs, les 4 ou 5 étoiles, les coups de cœur (c’est à ce moment précis qu’on est euphorique, qu’on saute partout 🥳), mais il y a aussi parfois les 1 étoile. Et alors là, clairement, on s’effondre. On y a mis tellement de cœur, de temps, d’énergie, d’espoir, dans ce roman. Et tout est balayé en une seconde. Du coup, on se met à douter, encore. Est-ce qu’on doit continuer ? À quoi cela sert-il ?

Certes, il en faut pour tous les goûts (moi aussi, il y a des romans que je n’ai pas aimés) mais on ne va pas se mentir, certains sont des commentaires volontairement méchants, pour faire du mal à l’auteur. Il y a aussi les lecteurs qui ne mettent que de mauvais commentaires. À croire qu’ils n’aiment aucun des livres qu’ils lisent…


En bref...


Eh oui, en devenant auteur, il faut se préparer à affronter tout ça ! Ce n’est pas toujours facile et le doute est omniprésent, mais il faut avant tout se focaliser sur les choses positives : les belles rencontres (avec les collègues ou les lecteurs), les encouragements, les commentaires positifs (c’est à ce moment que je glisse un remerciement à tous les lecteurs qui laissent un commentaire post lecture 😍), l’attente du prochain roman par les « fans », et puis (et surtout, je dirais) le plaisir que l’on ressent en écrivant.

Il y a tellement de belles choses sur lesquelles se concentrer. Pourquoi s’en priver ?


Et vous, qu’en pensez-vous ?



28 vues3 commentaires
  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Icône YouTube

©Ninon Amey 2019-2020 – Tous droits réservés.